Asnières : le maire voulait embaucher un complice de Coulibaly

le
0
Selon le parquet de Paris, Michaël A. aurait fait la connaissance d'Amedy Coulibaly en détention.
Selon le parquet de Paris, Michaël A. aurait fait la connaissance d'Amedy Coulibaly en détention.

Le Point avait révélé il y a quelques semaines l'embauche de Michaël A. - aujourd'hui mis en examen et incarcéré pour association de malfaiteurs terroristes après les assassinats commis par Amedy Coulibaly les 8 et 9 janvier derniers - par la mairie d'Asnières (Hauts-de-Seine) alors dirigé par le socialiste Sébastien Pietrasanta. Le député des Hauts-de-Seine, rapporteur de la loi sur le terrorisme à l'Assemblée nationale, a même fait davantage que donner un coup de pouce pour "favoriser la réinsertion" d'un condamné de droit commun. En effet, au moment de son engagement comme ambassadeur du tri, Michael A. sortait de prison. Peu de temps après avoir signé son contrat, Michaël A. replonge dans une affaire de trafic de drogue. Il sera condamné en 2011 à quatre ans de prison, dont un an assorti d'un sursis avec mise à l'épreuve.Comme l'a reconnu Sébastien Pietrasanta en séance du conseil municipal d'Asnières, le 5 février, il a bien rédigé un courrier en faveur du détenu. Intitulé : "Promesse d'engagement", l'élu local affirmait vouloir embaucher Michaël A. à l'issue de son premier contrat "compte tenu des appréciations de [son] responsable du service sur la qualité de votre travail". "C'est un faux procès""À l'époque, il était en détention préventive. Il est sorti de prison mi-2013 et on ne l'a pas repris en mairie. Contrairement à un de ses complices qui aujourd'hui travaille pour la mairie d'Asnières avec la nouvelle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant