Asnières : calme précaire après le couvre-feu

le
0
La sécurité a été renforcée dans cette ville des Hauts-de-Seine après le meurtre d'un mineur samedi. Mais prévenir d'éventuelles violences reste difficile pour la municipalité.

La nuit a été «calme», assure le maire d'Asnières, Sébastien Pietrasanta. Alors que deux mineurs sont en garde-à-vue depuis jeudi matin dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un adolescent de 15 ans samedi soir dans la ville, le couvre-feu mis en place mercredi soir pour les mineurs de la ville afin éviter de nouvelles violences, semble avoir permis un retour au calme temporaire.

A cette occasion, un important dispositif policier avait été mis en place le long du boulevard Pierre-de-Coubertin, à la frontière entre les villes d'Asnières et de Gennevilliers. Quelque 200 policiers avaient été mobilisés. Seul un mineur de 16 ans, originaire de Colombes, a été interpellé pendant ce couvre-feu et placé en garde à vue après s'être opposé violemment à un contrôle de police.

Responsabiliser les parents

Mercredi soir à Asnières, une soixantaine de personnes issues du monde associatif ainsi que des élus, ont sillonné les quartiers de la ville dès 19 heures,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant