Asile-Pour Paris et Berlin, les pays des Balkans sont "sûrs"

le
0

PARIS, 4 septembre (Reuters) - Paris et Berlin souhaitent la création d'une liste européenne "commune" des pays d'origine considérés comme "sûrs" pour les demandes d'asile et suggèrent d'y inscrire les Balkans occidentaux, selon leur lettre adressée aux dirigeants de l'UE. Les listes de pays d'origine sûrs, dans lesquels les demandeurs d'asile ne risqueraient pas, sauf cas particulier, de persécutions, permettent un traitement plus rapide des requêtes, qui sont en général rejetées. "Afin d'assurer une démarche cohérente à l'échelle de l'Union européenne (...) nous devons établir une liste commune de pays d'origine sûrs", écrivent François Hollande et Angela Merkel dans cette lettre. "Les pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne, notamment les Balkans occidentaux, devraient être désignés comme pays d'origine sûrs, dès lors qu'ils assurent la stabilité des institutions garantissant la démocratie, l'Etat de droit, les droits de l'Homme et le respect et la protection des minorités", ajoutent-ils. Les listes de pays sûrs sont aujourd'hui nationales, établies par chaque Etat membre selon ses propres évaluations. De ce fait, des divergences existent. Ainsi le Kosovo est-il considéré comme non sûr en Allemagne comme en France, alors que l'Albanie est considérée comme sûre en France, mais pas en Allemagne. "Il y a un paradoxe, c'est que ces pays qui sont sur la voie de l'adhésion à l'Europe, sont considérés par certaines juridictions, en France par exemple, ou en Allemagne, comme des pays non sûrs au sens du droit d'asile", explique une source diplomatique française. MÉCANISME OBLIGATOIRE "Le fait que ces pays soient considérés comme non sûrs crée un engorgement", ajoute-t-elle. Environ 40% des demandeurs d'asile qui arrivent aujourd'hui en Allemagne viennent des Balkans, d'après les autorités allemandes. La France et l'Allemagne ont proposé jeudi la mise en place d'un "mécanisme permanent et obligatoire" de répartition des réfugiés au sein de l'Union européenne après l'émoi suscité par la publication de la photo d'un enfant syrien de trois ans dont le corps sans vie a été retrouvé sur une plage en Turquie. ID:nL5N1193Q1 L'une des "clés de voûte" de la proposition franco-allemande est la création de centres d'accueil - "hotspots" - opérationnels avant fin 2015 en Italie et en Grèce pour distinguer demandeurs d'asile et migrants économiques. "La Commission devrait être prête à étudier de nouveaux dispositifs d'accueil dans d'autres Etats membres", ajoutent dans leur lettre le président français et la chancelière allemande. "Par rapport à l'urgence en Italie en Grèce, il faut sans doute rajouter des 'hotspots' dans d'autres pays", confirme une source diplomatique, citant des pays d'Europe orientale, dont la Hongrie. Le président de la Commission européenne a proposé de porter de 40.000 à 160.000 le nombre de demandeurs d'asile arrivés en Italie, en Grèce et en Hongrie à répartir dans les autres pays de l'Union sur la base de quotas nationaux, a annoncé vendredi une porte-parole de l'exécutif bruxellois. ID:nL5N11A2AL (Chine Labbé, avec Noah Barkin à Berlin, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant