Ashley Madison: de nouvelles données du site pour adultères dévoilées

le
0
Ashley Madison: de nouvelles données du site pour adultères dévoilées
Ashley Madison: de nouvelles données du site pour adultères dévoilées

Des pirates informatiques ont livré jeudi un second fichier de données du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison, provoquant jusqu'à la réaction du Pentagone et la confession embarrassée d'une star de la téléréalité aux Etats-Unis. Deux jours après la publication de 32 millions d'adresses email et de comptes d'utilisateurs, la seconde fuite "semble bien contenir" des données et des informations internes de l'entreprise, selon la société de sécurité informatique TrustedSec, comme le code source du site et l'email de son fondateur.Selon le magazine en ligne Motherboard, qui avait en premier révélé la nouvelle fuite, le fichier posté sur un site du web profond, difficilement accessible par le grand public, fait 20 gigaoctets, soit deux fois plus que celui publié mardi.Le nouveau fichier contient un message qui semble directement adressé à Noel Biderman, le directeur général d'Avid Life Media, maison mère d'Ashley Madison, qui avait émis des doutes sur la crédibilité de la première fuite de données, selon Motherboard."Hey Noel, tu peux avouer que c'est vrai maintenant", dirait ce message."Maintenant qu'ils connaissent le code source de ces sites, d'autres groupes de hackers sont en mesure de trouver de nouvelles failles sur les sites d'Avid Life", soulignent les experts de TrustedSec. Connu pour son slogan "Life is short. Have an affair" ("La vie est courte. Prenez un amant"), Ashley Madison avait fait l'objet d'une première fuite mardi: des millions d'adresses email, des numéros de téléphone d'utilisateurs et les montants payés par des utilisateurs ont été mis en ligne sur le web profond, selon des experts en informatique.L'affaire a fait réagir jusqu'au Pentagone. Le ministre de la défense américain Ashton Carter a ainsi déclaré que ses services vérifiaient si des membres de l'armée avaient utilisé le site, l'adultère pouvant mener à des poursuites dans cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant