Asgeir Trausti : "Nous allons vous battre. Désolé. "

le
0
Asgeir Trausti : "Nous allons vous battre. Désolé. "
Asgeir Trausti : "Nous allons vous battre. Désolé. "

Figure de plus en plus célèbre de la scène electro-folk islandaise, Asgeir Trausti était pourtant destiné à une carrière de lanceur de javelot. Mais une vilaine blessure a eu raison de ses ambitions sportives. À quelques heures du match des " Strákarnir okkar " contre les Bleus, le garçon a accepté de nous parler de son pays, de son football et évidemment du javelot.

On a entendu dire que tu n'étais pas un grand fan de foot, c'est vrai ?
Non, non, j'aime le football. Enfin, disons que c'est un sport que je ne déteste pas. C'est simplement que je ne suis pas supporter d'une équipe en particulier. Bon, exception faite de la sélection nationale. Là pour le coup, je dois dire que je peux facilement me laisser emporter par l'excitation. D'autant plus lorsque les joueurs réalisent un aussi beau parcours.

Tu as fait du lancer de javelot étant adolescent. Comment t'es venue cette passion ?
Ce n'est pas courant comme choix. En fait, mon professeur de guitare quand j'étais gamin était lui-même lanceur de javelot. Finalement, je me suis lancé (sic) et j'ai commencé à m'entraîner avec lui. Après quelque temps, avec un peu de pratique, je me suis rendu compte que je me débrouillais plutôt pas mal. Donc, au fur et à mesure, j'ai fini par prendre goût à la pratique et j'y ai consacré beaucoup de temps.

Est-ce le côté solitaire du truc qui t'a plu ? Enfin, on imagine que dans ton petit village en Islande, il ne devait pas y avoir grand monde qui faisait du javelot...
Pas nécessairement. J'ai aussi fait du basket et du football quand j'étais jeune, ce qui n'a pas vraiment grand-chose à voir avec des pratiques solitaires. Mais, ayant grandi dans une petite société comme l'est la société islandaise, je considère que j'ai eu de la chance de tomber sur de très bons entraîneurs de javelot. En plus, les enfants avec lesquels je m'entraînais avaient une véritable passion pour ce sport, tout comme moi. Certains d'entre eux ont même tapé de jolis records et ont participé à de belles compétitions internationales. C'est ça qui m'a motivé à travailler très dur pour parvenir à mes objectifs. Et pour répondre à la dernière partie de ta question, si, il y avait tout de même assez de gens qui pratiquaient ce sport, ce qui fait que j'ai toujours pu me confronter à d'autres garçons de mon niveau dans les compétitions. D'ailleurs, nous avons aujourd'hui quelques superbes lanceurs de javelot qui concourent à un niveau international. Il m'est arrivé de les affronter durant mon adolescence.

Comment ta famille a-t-elle réagi quand tu lui as dit que tu voulais te lancer dans le javelot ? Était-ce une certaine manière, [A…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant