AS Rome : Rudi Garcia critique l'accueil de la Juventus Turin

le
0
AS Rome : Rudi Garcia critique l'accueil de la Juventus Turin
AS Rome : Rudi Garcia critique l'accueil de la Juventus Turin
Le duel entre l'AS Rome et la Juventus Turin n'a pas fini de faire des étincelles cette saison. Deux semaines après la rencontre houleuse entre les deux équipes, Rudi Garcia, l'entraîneur de l'AS Rome, est revenu sur cet épisode qui comptera sans doute dans la course au Scudetto.

On ne peut pas dire qu'entre Rudi Garcia et la Juventus Turin ce soit la Dolce Vita. De passage en conférence de presse avant d'affronter le Chievo Vérone, samedi à 18h00, le coach français de l'AS Rome est revenu sur la dernière rencontre entre son équipe et les Turinois (2-3) cette saison. Ambiance... « Au Juventus Stadium, nous avons reçu un accueil inacceptable autant en tribunes que sur le banc. Leur attitude à notre égard a été une honte », a déclaré un Rudi Garcia furieux, aux journalistes présents. « Avant d'aller à Turin, j'étais tranquille du fait que, pour moi, il était possible que nous gagnions dans ce stade, poursuit le technicien français. Nous avons montré que nous pouvions le faire mais j'ai revu le match et ce qui m'a frappé c'est que même les meilleurs arbitres italiens peuvent souffrir de la pression dans ce genre de match de haut niveau ».

Peu de temps après, l'ancien coach du Mans et de Lille a réaffirmé son ambition pour cette saison, malgré cette défaite contre son principal concurrent. « Ce match contre la Juve m'a fait comprendre que cette année, nous gagnerons le Scudetto. Nous sommes plus forts que les Bianconeri et nous le montrerons en championnat ! Ce match a été tout le contraire d'une défaite, nous avons montré que nous étions forts, nous avons marqué deux buts et nous aurions pu encore en mettre autant. Je suis fier de mes joueurs », a conclu Rudi Garcia. Après la réception du Chievo Vérone, l'AS Rome retrouvera un grand d'Europe en Ligue des Champions, mardi : le Bayern Munich. L'occasion pour le boss de la Roma d'affirmer un peu plus son autorité en Europe mais également en Italie.

Dimitri Gressard


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant