Artus : «L'aide à la Grèce rajoute de la dette à la dette»

le
0
INTERVIEW - Il faut effacer 200 milliards d'euros de dette grecque et faire de la Grèce une zone franche, explique le directeur des études économiques de Natixis, Patrick Artus.

Économiste et directeur de la recherche chez Natixis, Patrick Artus décrypte la crise de la dette grecque actuelle et donne des idées pour sortir de l'impasse.

LE FIGARO. - À quoi va servir cette nouvelle tranche d'aide à la Grèce?

Patrick ARTUS. - L'argent versé permettra surtout de faire croire que la Grèce honore ses dettes, alors que le pays est théoriquement en défaut de paiement. Car l'Europe prend en charge la totalité de ses besoins de financement. Elle finance le déficit public grec qui s'élève à 8 % du PIB et paie le service de sa dette, laquelle représente toujours 180 % du PIB. Mais cette aide n'est pas vraiment une aide. Elle ne remet pas la Grèce sur le chemin de la croissance, elle ajoute de la dette à la dette... Car lorsqu'un emprunt g...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant