Arthur Vichot : " Le gros jackpot ! "

le
0
Arthur Vichot : " Le gros jackpot ! "
Arthur Vichot : " Le gros jackpot ! "

Arthur Vichot, comment vous sentez-vous après cette victoire sur Paris-Nice ? Grosse joie, gros moment de bonheur que de remporter cette étape de Paris-Nice avec le maillot de champion de France. Ça gambergeait pas mal dans ma tête quand même parce que j'avais fait deux fois deuxième. C'est vrai que quand on porte le maillot de champion de France, on a à c?ur de briller. Je voulais gagner une étape. Je remporte l'étape reine sur Paris-Nice et je finis troisième au Général, ce n'est que du bonheur pour moi. C'est vrai que j'étais venu sur cette épreuve pour le classement, mais de là à finir troisième? C'est vraiment exceptionnel, c'était une semaine très enrichissante qui va m'apporter beaucoup. C'était la première fois pour moi que j'étais leader par étape sur une course Pro-Tour. Je suis très fier de moi et de mon équipe qui a fait un boulot exceptionnel.

Vous battez Rojas sur la ligne, un coureur d'expérience? Vous savez, Rojas il fait souvent deuxième ! (il sourit) L'important c'était de bien se placer. Souvent, je suis un petit peu attentiste dans le final, je me laisse un peu enfermer, je suis un peu trop gentil. Là, je ne me suis pas laissé faire, j'ai gardé ma place. Ça a payé malgré un petit saut de chaîne à la fin pour gagner le sprint.

Que représente le fait de terminer sur le podium de Paris-Nice pour vous ? C'est le gros jackpot ! On s'est dit tous les jours avec l'équipe qu'il fallait viser les étapes et que si j'étais dans les billes je pouvais être placé au Général et c'est ce qu'on a fait. Après il y avait le jeu des bonifications qui était important. Aujourd'hui, l'objectif était de rentrer dans les trois pour encore gagner des places et ça fait victoire d'étape et podium. C'est super pour l'équipe, pour moi.

« Les Ardennaises sont un gros objectif pour moi »

Personnellement, vous franchissez un cap sur ce Paris-Nice, en arrivant comme un leader? J'avais déjà réussi à assumer mon rôle de leader sur des classiques. Mais là, sur une course par étapes, avec du beau monde présent sur ce Paris-Nice, c'était difficile. Il fallait réussir à assumer ça et dans le col d'Eze j'arrivais à suivre les meilleurs malgré les attaques de Costa et Betancur. Donc je me suis surpris et ça reste un gros point positif. J'espère que cette condition, je vais la garder pour les Ardennaises qui vont arriver et qui sont aussi pour moi un gros objectif.

Quels sont vos prochains objectifs ? Les courses par étapes ou les classiques ? Sur les courses à étapes, il y a des chronos, c'est plus compliqué, je pense que je me mettrai au service des leaders comme Thibault Pinot. Là je vais me concentrer sur les classiques. Il va y avoir Milan-San Remo. Le parcours a changé donc je ne me fais pas trop d'illusion, ça sera plus pour les sprinters. Au printemps, il y a les classiques ardennaises qui me plaisent beaucoup.

Ça ouvre l'appétit ce genre de succès ? Quand on prend le départ d'une course, quand on se fait mal aux jambes, quand, à la maison, on se traîne, quand on fait des sacrifices, on l'a l'appétit. Après, il faut pouvoir le faire et j'ai pu le faire aujourd'hui.

C'est une belle semaine pour FDJ, qui a eu une victoire d'étape et le maillot jaune avec Bouanni, cette victoire et la troisième place au Général pour vous? Oui, c'était une grosse semaine, que ça soit au niveau des sprints ou sur les autres étapes pour moi. Toute l'équipe a su bien travailler et tout le monde s'est donné au maximum. C'est en faisant ce genre de performance qu'on arrivera à faire de très très belles choses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant