Arthur se délocalise au Luxembourg

le
43
L'animateur producteur de TF1 et humoriste a récemment transféré le siège social de sa société du VIIIe arrondissement de Paris vers le Grand-Duché.

N'en déplaise à Jérôme Cahuzac, le ministre délégué au Budget, qui assurait récemment au Figaro qu' «il n'y a pas plus d'exilés fiscaux», la liste de personnalités se délocalisant - plus ou moins discrètement - hors de France s'allonge. L'animateur-producteur de TF1 et humoriste Arthur a ainsi transféré au Luxembourg sa société Arthur World Participation Group (AWPG) début 2013, révèle Mediapart. Créée en 2006, après la revente par l'humoriste de ses parts dans Endemol France, AWPG est dotée d'un capital de 52 millions d'euros, peut-on lire dans un avis paru au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales. Cet avis, daté du 11 janvier 2013, annonce clairement le «projet de transfert de siège à l'étranger» de la société. Plus précisément du VIIIe arrondissement de Paris vers le Grand-Duché.

Dans la foulée des démarches de Bernard Arnault, à la tête de LVMH, pour obtenir la nationalité belge, de l'installation de l'opticien Alain Affelou à Londres, du déménagement fracassant de Gérard Depardieu vers la commune belge de Néchin ou encore des projets de Jean-Michel Jarre outre-Manche, le transfert des activités d'Arthur avait peu de chances de passer inaperçu. Interrogée par Le Figaro, une porte-parole de l'animateur rejette toute intention de fuir le fisc français. «Arthur a déjà créé des sociétés à l'étranger, notamment aux États-Unis et en Suisse, et aujourd'hui au Luxembourg», signale-t-elle. L'animateur des Enfants de la télé et de Vendredi tout est permis sur TF1 et propriétaire de la radio Oui FM s'est ainsi lancé dans le cinéma outre-Atlantique avec Philippe Rousselet, le fondateur de Vendôme Pictures.

Véritable homme orchestre des médias, Arthur a monté sa holding AWPG pour abriter ses investissements dans la télé, l'Internet, la radio et le cinéma. Le groupe employait une centaine de personnes en 2011. D'après Médiapart, le transfert de son siège social vers le Luxembourg a été acté lors d'une assemblée générale extraordinaire d'AWPG le 28 décembre dernier. L'entreprise française a alors été fermée et une société du même nom a été ouverte au Luxembourg dotée du statut de SARL, indique l'avis d'immatriculation daté du 17 janvier 2013. Cette nouvelle société a ensuite créé une succursale implantée en France.

Les avantages de ce tour de passe-passe

Un tour de passe-passe qui revêt des avantages indéniables pour AWPG. Si ses activités hexagonales restent soumises à l'impôt français, le statut de holding luxembourgeoise lui permet de réduire son imposition globale. Tout d'abord, le taux d'imposition des sociétés au Luxembourg est de 28,8% (contre 33,3% en France). En outre, via un montage largement éclusé par les multinationales, les filiales - dont la succursale française - peuvent faire remonter leurs profits vers la société mère basée au Luxembourg, sans ponction du fisc français. D'autres dispositions du régime fiscal luxembourgeois sont largement favorables aux actionnaires. Sous certaines conditions, les dividendes perçus au Luxembourg sont exonérés d'impôt, tout comme les plus-values de cessions de filiales ou de titres.

Autant d'arguments qui ont dû, même s'il le réfute, peser dans la décision d'Arthur de domiciler ses affaires au Grand-Duché. Citée par Mediapart, Axelle Schmitz, l'avocate de l'animateur-entrepreneur, n'en fait pas un tabou: «La holding AWPG a une vocation internationale, d'où le choix du Luxembourg qui offre des opportunités d'investissements que ne permet pas la France.»

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titide le jeudi 28 fév 2013 à 15:17

    à quand la même législation fiscale dans TOUS les pays d'Europe.Sans l'Europe la Belgique n"éxiste plus !!!

  • adnstep le jeudi 21 fév 2013 à 11:20

    Et si, enfin, on mettait fin au systeme français qui est un enfer fiscal ne servant qu'a nourrir quelques centaines de milliers d'élus, de hauts fonctionnaires, et leur clients.

  • jmdel00 le mercredi 20 fév 2013 à 16:30

    @dupon666 : Il a raison, j'en fais bien autant (mais sans autant de pub). In fine ceux qui paieront car les rentrées d'impôts ne seront pas à la hauteur de ce que le gouvernement espérait, ce sont les contribuables des classes moyennes et ceux qui disent par dépit ou par jalousie "vous avez raison de vous barrez, on ne veut plus de vous en France".

  • dupon666 le mercredi 20 fév 2013 à 14:15

    ce genre de parasite est aussi bien au luxembourg...paradis fiscal tenu par des maf..x

  • a.duboi1 le mercredi 20 fév 2013 à 09:56

    l'europe est une véritable faillite sociale au bénéfice d'états voyous!Vivement qu'elle soit démantelée!

  • renard48 le mercredi 20 fév 2013 à 09:33

    elle est belle l'Europe , à part l'Euro et la libre circulation des capitaux, aucune harmonisations fiscale, sociale etc.... il suffit de se rendre dans un pays limitrophe et le tour est joué !!!

  • d.jousse le mercredi 20 fév 2013 à 09:01

    On s'en fout, Ségolène va prendre la sous direction de la BPI. Donc si vous avez besoin d'argent, pas de souci il suffit de demander. Sachant qu'elle ne veut pas demander de contre partie (retour sur investissement) au prêt accordé. YES!!!

  • d.jousse le mercredi 20 fév 2013 à 08:58

    Il y a ceux qui partent et Le PDG de Titan (tacle les salariés de Goodyear) qui explique qu'il faut être fou pour venir en France. Merci qui? la gauche qui explique depuis des lustres qu'il faut profiter des patrons.

  • hbaudry1 le mercredi 20 fév 2013 à 07:57

    Pour les faire revenir cela se traduira en dizaines d'années ... Quel massacre !

  • idem12 le mercredi 20 fév 2013 à 07:37

    ils se barrent tous mais jamais pour des raisons fiscales LOL