Arthur Conan Doyle et l'affaire Portsmouth

le
0
Arthur Conan Doyle et l'affaire Portsmouth
Arthur Conan Doyle et l'affaire Portsmouth

Il aimait les crochets gauches, les descentes en ski et les matchs de cricket. Amoureux de sport avant même d'être le père de Sherlock Holmes, le grand Conan Doyle détient la réputation d'avoir été le premier gardien du Portsmouth FC. Vrai ou faux ? Jamais édité, voilà le mystère de l'écrivain qui jouait au football pour remplir son cabinet de médecin.

"Cher confrère, dans l'univers holméso-doylien, le sport d'équipe favori, c'est le rugby. La nouvelle Missing Three-Quarter y fait référence, et le docteur Watson a joué dans l'équipe de Blackheath. Cependant, le "sportif" Conan Doyle est un amateur de football et même fervent joueur dans sa jeunesse."

Le vocable est classieux. Le ton est respectueux, poli, presque d'époque. Les anecdotes lâchées "de mémoire" sentiraient presque le tabac et le costume en tweed. L'homme répond par mail, mais il ne manque que la signature plumée de bas de page pour ressentir la pleine impression de lire une lettre. Bref, en bon gros fan de Sir Arthur Conan Doyle et président de la Société Sherlock Holmes de France, Thierry Saint-Joanis confirme le on-dit : l'écrivain à la moustache de morse a porté les gants dans sa vingtaine pour le Portsmouth Athletic Football Club, ancêtre amateur du Portsmouth FC. Pas les gants de boxe, non, discipline qu'il juge par ailleurs comme "le meilleur sport individuel" et pour lequel il monta une pièce de théâtre, mais ceux de gardien de football. Pourquoi ? Parce qu'il était un sportif boulimique, certes, mais surtout pour attirer des clients dans son cabinet de médecin.

Doyle, une pipe en football ?


Arthur Ignatius Conan Doyle, né à Édimbourg en Écosse, débarque en bateau à vapeur sur les côtes de Portsmouth, Angleterre, en juin 1882. Le jeune homme a alors 23 ans et une carrière de docteur qui peine à démarrer, peu emballé par de rudes expériences en mer, soignant avec ennui les embarqués du Mayumba, un 1500 tonnes naviguant vers l'Afrique de l'Ouest, ou boxant sur le pouce avec des matelots pugilistes à bord du Hope, un navire d'observation baleinier. C'est donc presque les mains dans les poches qu'il débarque dans sa nouvelle ville d'accueil, avec à peine dix livres en poches. Venu rejoindre un compagnon de promotion rugbyman nommé George Budd, le voilà lâché sans travail ni maison dans une cité déjà bien fournie en toubibs. Après une étude de marché éclair, il installe son cabinet au N°1 Bush Villas, s'assurant d'être cité dans le journal local lorsqu'il s'occupe d'un accident. Les urgences, c'est son assurance-fiabilité. Question de réputation.

Mais Arthur Conan Doyle rame pour se faire sa place, d'autant plus pressé par les impératifs économiques de la vie de couple qu'il mène avec Louisa…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant