Arsenal reçu cinq sur cinq .

le
0
Arsenal reçu cinq sur cinq .
Arsenal reçu cinq sur cinq .

Grâce à sa victoire facile sur Aston Villa (5-0), ce dimanche, les Gunners portent à cinq leur nombre de matchs victorieux toutes compétitions confondues et mettent la pression sur Southampton. Pour les Villans, la deuxième partie de saison s'annonce très compliquée, n'en déplaise au prince William.


Arsenal - Aston Villa
(5-0)

O. Giroud (8'), M. Özil (55'), T. Walcott (63'), Santi Cazorla (75'), H. Bellerín (92') pour Arsenal


Ce Arsenal/Aston Villa a tout d'une course sur le parcours arc-en-ciel de Mario Kart. Auteurs d'un départ canon après avoir sans doute bourriné le bouton B, les Gunners virent en tête en sept minutes et trois petites touches de balle. Grâce au champignon doré attrapé dès le premier virage, Mesut Özil lance Olivier Giroud d'une superbe déviation du talon. Qu'importe sa conduite de balle complètement foireuse, le Français trompe Bradley Guzan et porte à sept son nombre de réalisations en Premier League. Les transmissions sont bien huilées, les pneus crissent et les dérapages sont contrôlés. Bref, Arsenal fonce et n'attend pas ses adversaires. Dans les vestiaires, Wenger appuie sur replay. Résultat ? En autant de temps qu'il leur a fallu pour ouvrir le score en première période, Özil et Giroud plient le match après la pause. Avec un tour d'avance, les Gunners finissent le parcours en roue libre et remportent la Coupe Fleur.
Arsenal va trop vite
Sous les yeux du sélectionneur Roy Hodgson, Theo Walcott met moins d'une minute à prendre la défense de Villa à revers, imité quelques secondes plus tard par Aaron Ramsey. Les Villans sont complètement désorganisés, comme bien souvent, et le payent cash quand Olivier Giroud conclut une action partie de la surface de réparation des siens et remontée jusque dans celle de Guzan en trois touches de balle (7e). Largués, les hommes de Paul Lambert passent le reste de cette mi-temps à observer Arsenal jouer à la passe à dix. Conducteurs du kart de Birmingham, Benteke et Delph évitent les cadeaux, ratent leurs virages et tombent trop souvent. Du côté d'Asrenal, Cazorla largue une petite carapace verte sur le poteau (25e) avant d'arrêter la machine pour attendre les Lions. Monreal et Bellerín, abandonnés dans leurs couloirs, placent quelques coups d'accélérateurs bien sentis pour déposer les Clarets & Blues. Seulement, le premier n'est jamais à...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant