Arsenal pousse mais n'y arrive pas

le
0
Arsenal pousse mais n'y arrive pas
Arsenal pousse mais n'y arrive pas

Avec une équipe largement remaniée, Arsenal n'est pas parvenu à venir à bout de Hull City, le leader de l'étage du dessous (0-0). Une rencontre se rajoute au calendrier.

Arsenal 0-0 Hull City


Pour bien préparer la rencontre face à Barcelone en Ligue des champions, Arsène Wenger a choisi de faire souffler les cadres de son onze. Devant, il a choisi un quatuor habituellement sur le banc : Welbeck-Iwobi-Campbell-Walcott. La bande s'est procurée un petit festival d'occasions. Welbeck, avec une tête lancée puis une frappe dans la surface puis une frappe enroulée. Walcott avec des frappes en pivot en veux-tu en voilà. Joël Campbell prit le relais en seconde période avec un coup franc envoyé sur la base du poteau opposé. Iwobi a lui vu ses tentatives passer juste à côté. Pour que le tableau soit complet, il y a aussi un penalty oublié pour une main dans la surface et une frappe de Flamini à la sortie d'un corner au-dessus. Au final, ça fait 0-0. Il y aura un match d'appui à l'extérieur. Les remplaçants en question doivent se dire qu'ils auront un match de plus à jouer. Pour certains, il ne reste plus que cette compétition à disputer.

Hull fait aussi tourner


Au départ, Wenger ne s'est pas contenté de faire tourner devant. C'est qu'à tout moment, il y a d'autres Debuchy dans son effectif, à ne plus vouloir se contenter des entraînements. Va pour Ospina dans les cages donc, Chambers et Gibbs sur les côtés, la recrue Elneny à la récupération. Sur le papier, c'est peut-être un peu léger face au leader de la Premiership, en pleine bourre. Mais Arsenal a évidemment un large avantage psychologique, avec ses deux victoires en Cup contre cette même équipe lors des deux dernières éditions. Steve Bruce l'a bien senti en faisant lui aussi tourner. Mertesacker pas assez à l'affût, les attaquants enchaînent les tentatives donc sur le portier adverse. Attention car sur un contre, Hull peut faire mal. Mais Koscielny retrouve pour sa part une très bonne forme.

Jakupovic, mi-gardien de but, mi-Djokovic


En seconde période, le pilonnage des Gunners continuent, mais Jakupovic est en état de grâce. Avec ses grimaces et ses cris, le gardien suisse se croit sur un court de tennis. En même temps, c'est quasiment devenu un sport individuel tant ses coéquipiers ne jouent plus et se contentent de le voir briller. Du coup, à 25 minutes de la fin,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant