Arsenal fait tomber Manchester City.

le
0
Arsenal fait tomber Manchester City.
Arsenal fait tomber Manchester City.

Enfin une grosse écurie dont Arsenal s'offre le scalp. Après des défaites contre Chelsea, Man U et Southampton et des nuls contre Tottenham et Liverpool, les Gunners ont sorti une prestation solide pour écarter des Citizens bien peu inspirés (2-0). Chelsea dit merci.


Man. City - Arsenal
(0-2)

Santi Cazorla (23'), O. Giroud (66') pour Arsenal.


Il est là, LE gros coup du week-end ! Sur une pente ascendante depuis novembre, les Gunners d'Arsenal sont allés rosser leur prestigieuse victime préférée – ils n'ont plus perdu contre City depuis deux ans – dans un match où la gestion des Londoniens a calmé les ardeurs inefficaces et peu créatives des Citizens (2-0). Deux phases arrêtées, un but par mi-temps, de l'organisation et de la volonté : oui, les hommes d'Arsène Wenger ont montré, en l'espace de 90 minutes, qu'ils méritaient d'être pris au sérieux. Enfin ?
Cazorla ouvre, Giroud conclut
Le premier événement du côté des Skyblues, c'est le retour d'Agüero dans le 11, cela faisait six semaines que les gars de l'Est de Manchester attendaient ça. Pourtant, c'est David Silva qui se montre le premier dangereux, créant deux-trois frayeurs dès le début du match. 1260e seconde : le Kompany time. Tout d'abord excellent, il anticipe une passe d'Alexis Sanchez, feinte un autre Gunner, accélère, mais glisse et se ramasse près du rond central, le ballon changeant ainsi de possession. Le Belge n'en reste malheureusement pas là, et dans les secondes qui suivent, il fait obstruction sur Monreal, envoyé au tapis dans la surface. Santi Cazorla transforme le pénalty. 1-0 pour Arsenal. Manifestement pas dans son match, Vince balance ensuite Giroud, ramasse un jaune et s'énerve. Pas si facile de reprendre le flambeau après Mangala, finalement. À côté de lui, David Silva sort des éclairs par moment, mais ce City est bien pâle.

Alors, après la pause, les ouailles de Pellegrini tentent de repartir à fond : frappe d'Aguero envoyée en corner ; débordements de la colonie espagnole ; tirs de partout on a l'impression d'être dans les arrêts de jeu. C'est justement le duo espagnol Silva-Navas qui amène l'occasion la plus dangereuse en centrant en direction d'Aguero et Jovetic, mais Koscielny fait la minuscule mais ô combien importante petite touche qui déstabilise les deux avants. On arrive à l'heure de jeu, le...










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant