Arsenal – AS Monaco (1-3) : YEEEAH !

le
0
Arsenal – AS Monaco (1-3) : YEEEAH !
Arsenal – AS Monaco (1-3) : YEEEAH !

Coup de tonnerre à l'Emirates. Coup de foudre. Coup parfait.

"On easy street", puis à la rue
En rock, y'a une expression pour ça : "to steal the show". Traduction : voler la vedette à... En gros, c'est quand le groupe de première partie "pique le show" au groupe de tête d'affiche. Exemples mémorables, et qui ont tourné à la consécration soudaine : ZZ Top bouffant des Stones mal réveillés quelque part dans le Sud lors d'une tournée US en 78, ou bien des jeunes inconnus irlandais, U-Deux, ringardisant à Paris les icones attendues, Talking Heads, au printemps 81 Hier soir, les Rouge et Blanc d'ici ont piqué le show aux Rouge et Blanc de là-bas, chez eux, devant leurs fans. Au matin du match la presse anglaise, unanime, avait titré au sujet des Cannoniers, "Arsenal on easy street" ("Arsenal sur la voie royale"). Olivier "Giwoo", lui, prenait de haut ses compatriotes azuréens en assumant à la frime le statut de favori évident de sa team : "Lors du tirage, il y avait plus de sourires dans le vestiaire. C'est quand même mieux que le Bayern. Mais attention à cette équipe". Que dalle, Olivier ! Ton Arsenul a lui-même creusé sa tombe à cause d'un excès d'arrogance que même ton coach n'a pu rattraper. Arsène est resté assis, cloué, amorphe tout au long de la partie, incapable de changer le cours d'une rencontre que tous avaient déjà classé dans la colonne "victoires". La première explication de la défaite des Gunners tient donc à cette fichue suffisance. Ceci dit L'ASM ne partait réellement pas favori : honnêtement, qui aurait parié sur une fessée aussi cruelle pour les Londoniens ? Pas grand monde, en vérité. Et c'est toute la beauté du foot que de voir un match pareil, avec le scénario quasi idéal, dégusté à grands coups de Kirs blanc-cassis. "Quasi idéal", parce que l'affaire n'est pas pliée. Il y a deux ans, Arsenal avait failli créer la sensation en allant battre chez lui un Bayern en carton (2-0), après un 1-3 à l'Emirates qu'on avait tous cru totalement rédhibitoire. Et puis hier Arsenal a eu un bon petit paquet de bonnes occases, foirées par maladresse (Giroud) ou bien par malchance (Welbeck contré devant le but de Subasic par Walcott !). Alors, mollo, comme on dit à Sainté
Deux doigts de Porto 2004
L'immense satisfaction de ce 3-1 monégasque, c'est d'avoir su tordre...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant