Arrivée à Perth d'un détecteur de boîtes noires pour le vol MH370

le
0
REPRISE DES RECHERCHES AU LARGE DE L'AUSTRALIE POUR RETROUVER L'AVION DE LA MALAYSIA AIRLINES
REPRISE DES RECHERCHES AU LARGE DE L'AUSTRALIE POUR RETROUVER L'AVION DE LA MALAYSIA AIRLINES

SYDNEY (Reuters) - Les recherches pour retrouver des débris du vol MH370 de la Malaysia Airlines ont repris mercredi dans le sud de l'océan Indien, à 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth où est arrivé le détecteur de boîtes noires mis à disposition par la marine américaine.

L'amélioration des conditions météorologiques a permis aux équipages de la dizaine d'avions participant à la mission de recherches de redécoller, a annoncé l'Agence australienne de sécurité maritime (AMSA).

L'Australie, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Corée du Sud ont mis à disposition des moyens aériens pour tenter de localiser d'éventuels débris du Boeing 777 assurant la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin et qui a changé radicalement de cap pour des raisons encore inconnues.

"Nous continuerons de chercher jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun espoir de retrouver quoi que ce soit", a promis mercredi le Premier ministre australien, Tony Abbott.

"Un nombre considérable de débris ont été signalés dans la zone où le vol a été localisé pour la dernière fois. Mais le mauvais temps et l'accès difficile ont empêché pour l'instant de les récupérer. Mais nous sommes confiants d'y parvenir", a-t-il poursuivi.

L'analyse de multiples données satellitaires et de surveillance aérienne a levé les derniers doutes et conduit les autorités malaisiennes à annoncer que l'appareil s'était abîmé avec ses 239 passagers et membres d'équipage dans ce secteur maritime parmi les plus isolés de la planète.

Mais à ce jour, on ne dispose pas encore de preuve matérielle.

NOMBREUSES HYPOTHÈSES

Au-delà, la récupération de débris arrachés à l'avion sera une première étape dans la recherche des causes de l'accident, sujet de nombreuses hypothèses.

Les enquêteurs étudient la possibilité d'un détournement ou d'un sabotage, mais n'excluent pas un possible suicide de la part d'un des pilotes. La théorie d'un éventuel problème technique demeure valide.

Les Etats-Unis ont envoyé à Perth un "traqueur de boîtes noires" dont la récupération permettrait de disposer des données de vol et des enregistrements des liaisons par radio.

Mais le temps presse: les enregistreurs de vol sont équipés d'un dispositif d'émission d'un signal dans un court rayon, mais les batteries qui l'alimentent ont une durée de vie limitée à une trentaine de jours.

Les autorités malaisiennes ont indiqué mardi que le détecteur sophistiqué fourni par l'US Navy ne pourrait atteindre la zone des recherches que le 5 avril, laissant très peu de temps pour retrouver les boîtes.

Les Etats-Unis ont également mis à disposition un drone sous-marin qui sera couplé avec un bâtiment de la marine australienne attendu à Perth dans les prochains jours.

La façon maladroite dont les autorités malaisiennes ont géré le début de cette affaire a provoqué des tensions entre la Chine et la Malaisie. Plus de 150 ressortissants chinois se trouvaient parmi les passagers.

(Lincoln Feast avec Megha Rajagopalan à Pékin; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant