Arrêtés pour vente de faux romanée-conti

le
1
Le trafic de grands crus a rapporté deux millions d'euros. Deux Italiens ont été interpellés à la demande de juges de Dijon.

La contrefaçon n'est plus l'apanage du luxe, des maisons de haute couture ou encore de l'industrie pharmaceutique. Désormais les grands crus sont aussi concernés, comme en témoigne ce coup de filet réalisé mercredi dernier sur fond de trafic de faux grands crus bourguignons. Une vingtaine de domiciles et d'entrepôts ont été perquisitionnés dans différents pays de l'Union européenne. Deux Italiens travaillant dans le vin ont été interpellés et cinq autres personnes entendues. Au moins 400 bouteilles ont été frauduleusement vendues pour une somme avoisinant les 2 millions d'euros. L'enquête a été menée par deux juges d'instruction de Dijon en partenariat avec Europol, l'office de police criminelle intergouvernemental facilitant l'échange de renseignements en matière de stupéfiants, de terrorisme, de criminalité internationale et de pédophi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 23 oct 2013 à 14:33

    Se fournir chez l'authentique, est la meilleure des garenties...Vouloir, biaiser, tricher ou spéculer en la matière, n'apporte que des désillusions!...