«Arrêter les soldes flottants, c'est diminuer le pouvoir d'achat des petits budgets»

le
0

VOTRE AVIS - Pour trouver des remises de prix, il faudra ruser! Qu'en pensent nos internautes-clients, qui devront attendre l'hiver et le début de l'été?

Deux périodes, ni plus, ni moins. Selon le décret paru dimanche au Journal Officiel, les commerçants ne disposent plus du droit à deux semaines de soldes supplémentaires, en dehors des périodes biannuelles habituelles. Nos internautes dénoncent pêle-mêle la loi, sa suppression... et proposent des solutions.

Nonmaisalloquoi applaudit cette disparition - il ne voulait pas d'une «mesure de droite dont les principaux bénéficiaires, les commerçants, ne veulent plus». En effet, ces derniers accusent la réforme de brouiller l'esprit des consommateurs. Morphéus M félicite lui aussi le gouvernement, qui «remet enfin de l'ordre» en annulant cette décision.

Plaine des jarres appréciait ces réductions ponctuelles. Elle rappelle ce que pouvait apporter une telle mesure: «Elle permettait à ceux qui n'en avaient pas les moyens ou le temps de profiter des soldes, mais hors de la saison habituelle». Pour François veliz ,revenir en arrière est une «façon de diminuer le pouvoir d'achat de ceux qui ont un budget très limité». «Il y a des personnes qui, par exemple, achètent des vêtements uniquement dans ces périodes là», rappelle Mijuna .«Il est faux de dire que les commerces de l'habillement sont contre cette loi, ajoute encore Cuti . Ce constat a été fait sur 13.000 boutiques indépendantes ,alors qu'il en existe selon l'Insee 42.000 en France .Donc j'attends une étude sérieuse, pour être convaincue du bien fondé de ce décret...»

«Avec Internet, les soldes physiques ne devraient plus exister!»

Consommateurs aguerris, nos internautes ne sont cependant pas dupes. Au diable le temps des remises en bonus, il faut aller chercher les petits prix ailleurs. Tiboye75 explique qu'avec «toutes les promotions hebdomadaires qu'il y a dans les magasins physiques ou sur le Net, les soldes ne devraient même plus exister! Pour le gérant d'une boutique, rien n'empêche de vendre à bas prix en faisant des promos, et de vendre ainsi les stocks qu'il a du mal à écouler».

MANU7681 donne la preuve par l'exemple: «Il faut chercher. Dernièrement, j'ai comparé le prix de mes essuie-glaces: mon magasin auto est deux fois plus cher que le site Internet où je les ai achetés!» Il propose toutefois une solution, favorable aux magasins physiques: «Pourquoi les associations de commerçants ne mettent-elles pas en place un site, qui regrouperait les offres promotionnelles du moment dans la ville?» Désormais pour le shopping par cher, il faudra soit patienter, soit commander vos vêtements sur le Web… mais sans les essayer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant