Arrêté, torturé à Damas, il poursuit son combat à Paris

le
2
TÉMOIGNAGE - Arrêté en avril, Fahad a été libéré début juillet. Il doit cacher son vrai nom pour ne pas mettre en danger sa famille restée en Syrie.

«La révolution en Syrie, c'est nous...» Attablé dans un café parisien, Fahad est l'un des principaux fondateurs des comités de coordination de Damas, de ceux qui ont commencé à manifester au péril de leur vie en mars 2011. Leur parole est rare. «C'est très difficile pour nous de nous exprimer à l'extérieur, à cause de la répression.» Ce jeune homme à la voix posée, au discours politique élaboré, a du mal à s'habituer à une vie entre parenthèses. Arrivé en France à l'invitation du gouvernement français, il attend un statut de réfugié politique, mais se sent toujours à Damas.

Il y a encore un mois et demi, il était enfermé dans une cellule de 100 m2 avec 360 autres prisonniers, «tellement serrés qu'on était obligés de prendre des tours pour se coucher.» Arrêté en avril, Fahad a été libéré début juillet. Il doit cacher son vrai nom pour ne pas mettre en danger sa famille restée en Syrie.

Son histoire a commencé bien avant la révolution. 1/4 /p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fan42 le jeudi 16 aout 2012 à 00:26

    le monde est vraiment injuste comme le disait si bien caliméro !

  • fan42 le jeudi 16 aout 2012 à 00:25

    je vais pleurer , c'est tellement triste comme histoire :-(