Arrêté par l'armée, le premier ministre malien démissionne

le
0
Cheik Modibo Diarra a été interpellé à Bamako sur ordre du capitaine Amadou Haya Sanogo, l'ancien chef des putschistes qui avaient renversé le président Amadou Toumani Touré en mars.

«Il ne s'agit pas d'un coup d'État», assure l'armée. N'empêche que l'arrestation et la démission du premier ministre malien mardi matin ne présagent rien de bon pour la stabilité du pays, dont la moité nord est entièrement occupée depuis juin par des groupes islamistes armés.

Cheick Modibo Diarra a annoncé mardi matin sa démission lors d'une brève allocution télévisée, peu après avoir été arrêté sur ordre du capitaine Amadou Haya Sanogo, ancien chef des putschistes qui avaient renversé le président Amadou Toumani Touré en mars. Diarra avait prévu de se rendre en France lundi soir pour un contrôle médical, selon son entourage. Il s'apprêtait à se rendre à l'aéroport quand il a appris que ses bagages avaient été débarqués de l'avion et il est resté à son domicile de Bamako, o...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant