Arrêt de poursuites contre Barclays et des Bourses US sur le THF

le
0

(Actualisé avec précisions, réactions) NEW YORK, 26 août (Reuters) - Un juge de district de Manhattan a annoncé mercredi l'abandon de poursuites contre la banque britannique Barclays BARC.L et plusieurs opérateurs boursiers américains concernant le trading à haute fréquence. La banque est les opérateurs dont ceux du Nasdaq <NDAQ.O), du New York Stock Exchange (Intercontinental Exchange ICE.N ) et du Chicago Stock Exchange étaient accusés par des fonds de pension et d'autres investisseurs de favoriser les sociétés de trading à haute fréquence aux dépens des autres participants du marché, les privant ainsi de milliards de dollars. Le juge a motivé sa décision en estimant que les éléments n'étaient pas suffisants pour maintenir la procédure. Il a fait valoir en outre qu'il appartenait au Congrès, au département de la Justice et aux régulateurs financiers plutôt qu'à des plaignants privés de garantir des conditions de marché équitables pour tous. "Nous sommes déçus que le juge pense que les opérateurs boursiers méritent l'immunité pour les types d'ordres complexes" a déclaré Patrick Coughlin, un avocat représentant plusieurs fonds de pension qui avaient porté plainte. "Ces ordres ont été exécutés d'une manière qui a désavantagé nos clients. Nous allons examiner le jugement et décider s'il convient de faire appel". Barclays a salué un avis "profond et bien argumenté". Les opérateurs boursiers ont refusé de faire des commentaires. Le trading à haute fréquence utilise des algorithmes informatiques pour gagner des fractions de seconde sur les transactions et obtenir ainsi un avantage sur les investisseurs traditionnels. Les plaintes visaient notamment les "dark pools", des plates-formes de transactions privées et fermées gérées qui donnent la possibilité aux investisseurs de réaliser des transactions anonymes en assurant la confidentialité des informations jusqu'à ce que la transaction soit conclue. Ces "dark pools" font l'objet d'enquêtes de la part de plusieurs régulateurs et le procureur général de New York, Eric Schneiderman, a engagé l'an dernier des poursuites contre Barclays, qu'il accuse d'avoir trompé les investisseurs sur le fonctionnement de sa "dark pool" aux Etats-Unis. La polémique sur le trading à haute fréquence a enflé après la publication du livre "Flash Boys: A Wall Street Revolt", de Michael Lewis, dans lequel ce dernier accuse ce type de transactions de manipuler les marchés financiers. (Jonathan Stempel; Patrick Vignal pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant