Arrestation du chef d'une agence anticorruption en Roumanie

le
0

BUCAREST, 16 mars (Reuters) - Le parquet roumain a annoncé lundi l'arrestation du directeur d'une agence de lutte contre la corruption, l'Agence nationale pour l'intégrité (Ani), fondée en 2007 avec le soutien de l'Union européenne. Horia Georgescu est soupçonné par le parquet national anticorruption (DNA) d'avoir abusé de son pouvoir lorsqu'il était membre de l'Autorité nationale pour la restitution des biens. Cet organe, chargé de verser des indemnités aux propriétaires spoliés par l'ancien régime communiste, aurait alors surévalué de 75 millions d'euros des biens immobiliers. Georgescu nie ces allégations. Chargée de surveiller le patrimoine des responsables politiques, l'Ani n'est pas habilitée à engager des poursuites en justice, contrairement au DNA. Son travail, loué par l'Union européenne, est vu avec suspicion par les élus du parlement. Des responsables de haut rang sont régulièrement mis en cause pour corruption en Roumanie, qui se classe parmi les pays de l'UE les plus minés par ce phénomène. Dimanche, le ministre des Finances Darius Valcov a démissionné après avoir été accusé par le DNA d'avoir touché des pots-de-vin lorsqu'il était maire de Slatina, une ville du sud du pays. Valcov aurait touché quelque deux millions d'euros de commissions entre 2010 et 2013 d'une entreprise de travaux publics qu'il aurait favorisée dans des procédures de passation de marchés publics. (Radu-Sorin Marinas; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant