Arpels : l'héritage familial en justice

le
0
Les descendants du joaillier contestent le testament de leur belle-mère, dupée, selon eux, par un gigolo.

Une veuve richissime atteinte d'Alzheimer, un play-boy désargenté de 25 ans son cadet, qui flambe à tout va et pensait tirer profit par testament d'un héritage où se croisent appartements luxueux, peintures de Bonnard, Picasso, Vuillard, sculptures de Rodin et de Maillol... C'était compter sans la vigilance d'enfants héritiers qui contestent la validité de cette succession. L'affaire ne rappelle-t-elle pas le cas Bettencourt?

Le tribunal de Versailles doit trancher mardi les différends d'une autre famille. Et quelle famille! Les Arpels, un nom associé en joaillerie à celui de Van Cleef depuis 1906, quelques années après le mariage d'Alfred Van Cleef et Estelle Arpels. Leur boutique, place Vendôme, a diffusé ses collections dans le monde entier. Le joaillier a toutefois été racheté en 1999 par le groupe de luxe suisse Richemont, totalement étrange...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant