Arnold Schwarzenegger en Algérie... pour parler pollution

le
0
Arnold Schwarzenegger en Algérie... pour parler pollution
Arnold Schwarzenegger en Algérie... pour parler pollution

Il s'est engagé à être un «Terminator» au service de l'environnement. L'acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a entamé mardi une tournée en Algérie avec son ONG de défense de l'environnement, R20, que le pays s'apprête à rejoindre. «Nous pouvons mieux faire», a-t-il lancé lors d'un point de presse dans la capitale algérienne où il a évoqué la pollution qui tue chaque année 100.000 personnes aux Etats-Unis et des millions dans le monde.

«Je pense que vous m'avez vu dans Terminator, mais ça c'est du cinéma; il est également important dans la vraie vie que je joue au Terminator et que j'en finisse avec les problèmes de l'environnement», a dit l'acteur. «Nous ne devrions pas déverser nos déchets dans le sol pour en arriver à ne plus pouvoir boire l'eau du robinet» a-t-il ajouté. Et de s'insurger: «l'eau est devenue plus chère que le pétrole». Rejetant toute division politique dans le combat environnemental, il a souligné qu'il «n'y a pas d'eau libérale et d'eau conservatrice, nous buvons tous la même eau», en référence aux deux grandes tendances politiques des Etats-Unis.

Après avoir été reçu, mardi matin, par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, l'acteur devait se rendre dans l'après-midi à Oran, la grande ville de l'ouest algérien, pour sceller l'adhésion de la cité à son ONG de défense de l'environnement R20 - par opposition à G20 -, fondée en 2010 par 20 régions dans le monde.

Les écologistes algériens demandent l'interdiction des sacs en plastique

«Terminator» ne s'est pas exprimé sur la politique algérienne. Ni sur la pollution engendrée par des tonnes de sacs en plastique qui font partie du décor dans plusieurs villes du pays au point que le ministère de l'Aménagement et de l'Environnement compte déposer une loi pour «interdire» ou «limiter» leur usage devenu excessif, selon les rares militants écologistes. Il y a quelques semaines, des associations de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant