Arnaud Montebourg veut une réduction du plan social de Peugeot

le
4
RÉUNION À BERCY ENTRE ARNAUD MONTEBOURG ET PHILIPPE VARIN
RÉUNION À BERCY ENTRE ARNAUD MONTEBOURG ET PHILIPPE VARIN

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg, qui reçoit le président du directoire de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin ce jeudi après-midi à Bercy, a annoncé qu'il demanderait une "réduction" du plan de restructuration du constructeur automobile, qu'il juge "inacceptable en l'état".

Les discussions avec PSA porteront également sur les "choix" du groupe, a précisé le ministre du Redressement productif, qui s'est dit favorable à une stratégie qui privilégierait la fermeture de sites hors de France sur celle d'usines françaises.

"Nous considérons que les efforts demandés aux salariés (...) sont excessifs, donc nous allons demander le rétrécissement, la réduction du format du plan social", a déclaré Arnaud Montebourg sur France Inter.

Dans son rapport sur la situation de PSA, commandé par le gouvernement, l'expert Emmanuel Sartorius critique la stratégie du constructeur automobile et le choix de fermer l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), mais sans contester la nécessité d'ajuster un outil de production surdimensionné et de réduire les effectifs.

Le ministre du Redressement productif a estimé jeudi que ce rapport "validait" toutes les critiques qu'il avait émises à l'endroit de la direction du groupe.

Interrogé sur la teneur des discussions qui seront engagées avec le constructeur automobile, Arnaud Montebourg a déclaré qu'à titre personnel, il souhaitait que PSA privilégie les fermetures d'usines situées à l'étranger.

"Personnellement, je préfère qu'on privilégie les fermetures hors de France plutôt qu'en France, donc ce débat il va commencer avec la direction de Peugeot", a-t-il dit, tout en estimant qu'il serait "difficile de sauver" le site d'Aulnay-sous-Bois.

PSA a annoncé en juillet 8.000 suppressions d'emplois en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois en 2014.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré mercredi que le gouvernement ne "lâchait rien" sur ce dossier.

Chine Labbé, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • contava4 le jeudi 13 sept 2012 à 11:39

    attendre toujours;et bientot peugeot fermera tout..ou presque.les dirigeants des syndicats ruinent nos entreprises .

  • mjjmimi le jeudi 13 sept 2012 à 11:04

    Mais pour qui il se prend ce bouffon? Il me fait penser aux médecins de Molière:" j'ordonne à la maladie de quitter ce corps, non mais!"

  • M6749774 le jeudi 13 sept 2012 à 10:53

    Dans ce dossier, côté gouvernement, tout est démagogie et imcompétance.

  • ANOSRA le jeudi 13 sept 2012 à 10:06

    Encore un effet d'annonce pour ne pas perdre la face! Ferait mieux de s'occuper des formations pour le reclassement des salariés et d'aider à la création d'entreprises nouvelles, mais cet avocat n'en est pas capable!