Arnaud Montebourg, Superman contre l'austérité

le
1
Je ne suis pas Superman, je n'ai pas été capable de changer le cours de l'austérité en Europe, a d'emblée annoncé Arnaud Montebourg au début de sa conférence.
Je ne suis pas Superman, je n'ai pas été capable de changer le cours de l'austérité en Europe, a d'emblée annoncé Arnaud Montebourg au début de sa conférence.

Ce n'est pas tous les jours que Superman est en visite à Princeton. Ça doit expliquer la horde de journalistes et de caméras qui le guettent. Superman, c'est le surnom qu'a collé un tabloïd américain à Arnaud Montebourg, l'ancien ministre de l'Économie, après son exploit du week-end. Alors qu'il brunchait avec sa compagne Aurélie Filippetti, elle aussi ex-ministre de François Hollande, chez Balthazar, un restau branché de Manhattan, un énorme miroir s'est décroché du mur et est tombé sur les convives. Mais Superbourg a apparemment "sauvé" Aurélie et quelques autres coincés dessous, ce qui l'a envoyé brièvement à l'hôpital. Il ne semble pas souffrir de séquelles et ce lundi assure sa conférence au titre ambitieux : "Les crises américaines et européennes, perspective comparative". Un programme tellement alléchant que toute la presse française a fait le déplacement sur le campus de la prestigieuse université près de New York pour l'entendre. L'auditorium de 150 places affiche complet. Tout à coup, un frisson d'agitation parcourt la salle et toutes les caméras pivotent vers un coin de la pièce. C'est Mme Superman, alias Aurélie, qui s'installe au quatrième rang. La semaine dernière, Arnaud Montebourg est venu l'écouter lorsqu'à son tour elle a disserté devant les étudiants sur l'exception culturelle française. Un sujet qui semble passionner Princeton puisque Frédéric Mitterrand avait déjà été invité à causer sur ce même...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1084720 le mardi 24 fév 2015 à 08:57

    Les conférences rémunérées à droite c'est un pêché, à gauche c'est une gloire... et ne me dites pas que Montebourg et Filippetti ont abandonné la politique...