Arnaud Montebourg serait favorable au retrait du plan de Sanofi

le
0
ARNAUD MONTEBOURG VEUT LE RETRAIT DU PLAN DE SANOFI, SELON LES SYNDICATS
ARNAUD MONTEBOURG VEUT LE RETRAIT DU PLAN DE SANOFI, SELON LES SYNDICATS

PARIS (Reuters) - Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a assuré vendredi aux syndicats de Sanofi qu'il était à leur côté pour obtenir le retrait du plan de restructuration de la recherche présenté en juillet par le groupe pharmaceutique, rapportent les participants à cette rencontre.

Dans un échange de près de deux heures, le ministre a de nouveau affirmé que le projet du laboratoire était "inacceptable" sans pour autant prendre d'engagement concret mais en assurant que sa porte restait ouverte aux syndicats, ont-ils ajouté.

"Le ministre a soutenu être à nos côtés pour demander le retrait pur et simple de ce plan social dans la mesure ou Sanofi dégage des milliards de bénéfice mais aussi parce qu'il a des obligations vis-à-vis de l'Etat et des citoyens", a déclaré Pascal Vially, le coordonnateur CFDT.

A la CGT, son homologue Thierry Bodin, a souligné que le ministre "a réaffirmé que le plan de la direction était inacceptable et qu'il comptait travailler avec les organisations syndicales pour faire en sorte que la direction revienne sur son objectif".

Selon ce syndicaliste, Arnaud Montebourg a déclaré que si Sanofi mettait en oeuvre son plan, "ce serait la porte ouverte pour tous les autres".

Prié de dire s'ils craignent, comme le cas de PSA, que le gouvernement tempère au final son opposition à la restructuration, l'intersyndicale répond qu'elle saura rappeler au ministre les propos qu'il leur a tenus et, qu'en tout état de cause, c'est la mobilisation des salariés qui poussera le gouvernement à intervenir.

La CFDT a estimé que 1.200 à 2.500 salariés étaient menacés par le plan du groupe tandis que FO a évoqué vendredi une fourchette de 2.000 à 2.500.

L'intersyndicale (CFDT, CGT, FO, CGC, CFTC) a remis au ministre le rapport d'un expert mandaté par le CCE de la recherche du groupe dans le cadre d'une procédure de droit d'alerte.

Ce rapport, remis par les syndicalistes à des journalistes se conclut ainsi : "compte tenu de la situation économique et financière du groupe et de ses perspectives, il est parfaitement possible de sauvegarder l'intégralité du potentiel scientifique de Sanofi, en particulier sur sa base française".

Sanofi doit présenter le 25 septembre aux divers CCE du groupe son projet chiffré. Mais le groupe n'a à ce jour remis aucun document aux élus en amont de ces réunions de sorte qu'elles ne devraient pas se tenir, affirme l'intersyndicale.

Noëlle Mennella

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant