Arnaud Montebourg rappelé à l'ordre sur le gaz de schiste

le
12
ARNAUD MONTEBOURG RAPPELÉ À L'ORDRE APRÈS SES PROPOS SUR LES GAZ DE SCHISTE
ARNAUD MONTEBOURG RAPPELÉ À L'ORDRE APRÈS SES PROPOS SUR LES GAZ DE SCHISTE

PARIS (Reuters) - Ministres et élus de la majorité ont rappelé jeudi Arnaud Montebourg à la ligne gouvernementale sur les gaz de schiste, interdits d'exploitation en France, après qu'il a suggéré la création d'une compagnie publique de prospection.

Dix jours après l'éviction de Delphine Batho du ministère de l'Ecologie, les écologistes, dont la ministre du Logement Cécile Duflot, se sont élevés contre ce nouvel écart du ministre du Redressement productif, qui avait pourtant pris soin de prévenir les critiques en jugeant urgent de "régler le problème de la pollution du sous-sol, qui est un pur scandale aux Etats-Unis".

Jean-Vincent Placé, sénateur Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a attaqué jeudi sur RFI un "adversaire de l'écologie et du gouvernement".

"Je ne comprends pas vraiment Arnaud Montebourg. Il sait que ce qu'il défend n'est pas la position du gouvernement, ni du président, et pourtant, il en rajoute une couche. Est-ce que c'est de la provocation? Je ne sais pas", a-t-il commenté.

C'est lors d'une audition mardi devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale qu'Arnaud Montebourg a avancé l'"idée personnelle" d'une compagnie, disant avoir bon espoir "qu'on arrivera, avec la technique, dans très peu de temps, au gaz de schiste écologique".

Selon des propos rapportés par l'agence AEF Développement durable, il a estimé qu'une nationalisation de l'exploitation du gaz de schiste contribuerait au financement de la transition énergétique et affranchirait la France de sa dépendance au pétrole.

"APPRENDRE À RENONCER"

La France a interdit en juillet 2011 la technique de la fracturation hydraulique, utilisée notamment aux Etats-Unis, pour l'exploitation du gaz de schiste.

Le nouveau ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Philippe Martin, a répliqué mercredi que la question d'une exploitation "écologique" des gaz de schiste ne se posait pas aujourd'hui en France en raison du bilan carbone "très négatif" de ces forages.

La secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de l'environnement, Laurence Rossignol, n'a pas mâché ses mots jeudi sur RMC Info, en soulignant qu'Arnaud Montebourg n'était "n'est ni ministre de l'Ecologie ni de l'Energie".

"J'ai connu Arnaud Montebourg mieux inspiré. Il n'y a pas de façon propre d'exploiter les gaz de schiste par une entreprise publique plus que par une société privée", a-t-elle dit. "Il va falloir apprendre à renoncer."

Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, ont pour leur part appelé le ministre du Redressement productif à la "cohérence" gouvernementale sans toutefois condamner ses propos.

"Quand le ministre de l'industrie dit qu'il y a un fort potentiel pour la France, il dit vrai. Pour autant, quand il veut créer une entreprise publique sur cette question, il va trop vite", a dit sur Europe 1 Bruno Le Roux.

"Faisons en sorte de donner des moyens à la recherche et n'abordons le sujet que lorsqu'il y aura une possibilité d'extraction. Pour l'instant, elle n'existe pas."

"AMBIGUÏTÉ PERMANENTE"

Pour Stéphane Le Foll, "il y a une position qui a été définie, on s'y tient". Il a toutefois relativisé la "sortie" de son collègue.

"Aujourd'hui on fait toute une affaire de cette histoire, il a répété ce qu'il avait déjà dit", a-t-il ajouté sur RMC Info et BFM TV.

Quant à l'éventualité d'une mise à l'écart d'Arnaud Montebourg, Bruno Le Roux s'est récrié: "Bien entendu qu'on ne le sort pas du gouvernement!"

Ce traitement passe mal auprès de Delphine Batho, qui avait dénoncé le lobby en faveur du gaz de schiste après avoir été remerciée pour avoir critiqué le "mauvais" budget de son ministère.

"Je pense qu'il ne sera pas traité comme moi, c'est gros comme le nez au milieu de la figure", a-t-elle dit sur France Inter. "On ne peut pas être pour la démondialisation et vouloir importer en France le pire du modèle américain".

"Ce serait la moindre des choses que le Premier ministre lève l'ambiguïté permanente qui est entretenue sur cette question des gaz de schiste", a-t-elle ajouté.

Les conclusions du débat national sur la transition énergétique sont attendues le 18 juillet.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le jeudi 11 juil 2013 à 14:41

    oui les gaz de chiste booste les US pour le moment, mais c'est une vrai catastrophe pour les gens qui habitent le secteur des forages, toutes leurs eau est pollué de métaux lourds , l'air par les "gaz qui s'échappent" hautement toxique, les cultures polluer , plus possible de revenir en arrière , la facture qu'ils auront va être énorme : le nombre de vie brisé par la maladie, la mort prématuré, c'est ça qu'on veut ?

  • knbskin le jeudi 11 juil 2013 à 14:19

    Pendant ce temps, les gaz de schistes sont en train de "booster" totalement l'économie US? et, accessoirement, les quelques entreprises françaises (il y en a ...) qui fournissent des matériels utiles à l'exploitation desdits gaz. Ces entreprises le font d'ailleurs avec la vigoureuse mais discrète approbation du gouvernement : elles "exportent". Mais on n'en est pas à une incohérence près ... :-D

  • 11246605 le jeudi 11 juil 2013 à 14:10

    Il suffit d'investir...C'est ça le hic. L'investissement dans les recherches est au plus bas en France. Puisque tout l'argent est dépensé pour les "copains". Après on a viré Batho pour ne pas avoir suivi la ligne gouvernemental, et là on rappelle juste à l'ordre Montebourde. 2 poids, 2 mesures donc...

  • M140210 le jeudi 11 juil 2013 à 14:07

    C'est sur qu'il ne veulent importer du "modèle américain", sont bien trop ringard pour ça. Nuls, comme d'habitude.

  • M9095115 le jeudi 11 juil 2013 à 13:16

    Montebourg a raison.Toute la cique des écolos ne protège pas la France ais leur place bien payée

  • pier6916 le jeudi 11 juil 2013 à 13:08

    Pourquoi se priver des gaz de schiste? Nous avons utilisé cette technique jusqu'à l'épuisement du gisement de gaz de Lacq, sans le moindre problème.Montebourg est très à gauche en proposant une nationalisation de cette industrie.

  • wchris le jeudi 11 juil 2013 à 13:08

    Il faut la noter celle là; pour la ressortir comme argument anti-gaz de schiste. Si lui est pour, ça prouve bien que c'est une c.onnerie monumentale les gaz de schiste. LOL regardez ce qu'un simple forage géothermique peut faire http://www.francetvinfo.fr/france/video-un-village-alsacien-menace-d-effondrement-a-cause-d-un-forage_364140.html ensuite imaginez les forages avec fracturation hydraulique !

  • wchris le jeudi 11 juil 2013 à 13:07

    Il faut la noter celle là; pour la ressortir comme argument anti-gaz de schiste. Si lui est pour, ça prouve bien que c'est une c.onnerie monumentale les gaz de schiste. LOLregardez ce qu'un simple forage géothermique peut faire http://www.francetvinfo.fr/france/video-un-village-alsacien-menace-d-effondrement-a-cause-d-un-forage_364140.htmlensuite imaginez les forages avec fracturation hydrolique !

  • tbbnq le jeudi 11 juil 2013 à 12:56

    Montebourg a légitimité pour parler d'une industrie (gaz schiste) qui contribuerait à la croissance. Les contradicteurs entrainent la France dans une économie malthusienne

  • M3032020 le jeudi 11 juil 2013 à 12:53

    Voir et revoir "gasland" passé sur Arte cette semaine.