Arnaud Montebourg presse PSA de faire part de ses intentions

le
2
Arnaud Montebourg presse PSA de faire part de ses intentions
Arnaud Montebourg presse PSA de faire part de ses intentions

PARIS, 30 juin - Arnaud Montebourg a demandé à la direction de PSA Peugeot Citroën de faire connaître au plus vite ses intentions concernant l'avenir de plusieurs de ses sites, a-t-on appris samedi auprès du ministère du Redressement productif.

PSA Peugeot Citroën doit convoquer dans les prochains jours un comité central d'entreprise prévu avant la fin juillet et annoncer de nouvelles mesures d'économies qui, selon les syndicats du constructeur automobile, prendront la forme d'une vaste restructuration des usines et des sites tertiaires du groupe.

L'usine d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, est notamment menacée de fermeture.

"Les décisions que vous pourriez prendre auraient immanquablement des conséquences sur toute la filière automobile, et particulièrement la sous-traitance", écrit Arnaud Montebourg dans un courrier communiqué par le ministère et adressé vendredi à Philippe Varin, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën.

"Je souhaite donc que la direction de PSA fasse connaître ses intentions au plus vite et de façon précise", ajoute-t-il, appelant Philippe Varin à "engager sans délai le dialogue social" et à préciser sa méthode de concertation.

PSA s'est refusé à tout commentaire.

Le ministre du Redressement productif indique que le gouvernement a décidé de charger Emmanuel Sartorius, expert du Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies, d'un diagnostic sur la situation du groupe PSA. Il ajoute qu'il proposera bientôt au président de la République et au Premier ministre un plan d'action pour toute la filière automobile française.

Confronté depuis l'an dernier à une chute de ses ventes en Europe, notamment en Europe du Sud, PSA a déjà annoncé 6.000 suppressions d'emplois en Europe et un vaste plan d'économies d'un milliard d'euros.

Le constructeur compte maintenant aller plus loin pour réduire ses coûts et les surcapacités dont souffrent ses usines, notamment françaises.

Chine Labbé avec Gilles Guillaume, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER le samedi 30 juin 2012 à 12:45

    Entre un PDG qui est plus qu'un baltringue qu'autre chose et un BonneBourg qui se l'a joue, les alariés d'Aulnay savent que leur sort est bouclé ! PSA gagne du temps.Varin n'est qu'un petit gestionnaire de crise à la petite semaine.

  • LeRaleur le samedi 30 juin 2012 à 11:48

    MontePulvar l'ouvre.