Arnaud Montebourg dénonce la «politique d'austérité du gouvernement»

le
4
Arnaud Montebourg dénonce la «politique d'austérité du gouvernement»
Arnaud Montebourg dénonce la «politique d'austérité du gouvernement»

Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti ont, coïncidence ou pas, redonné de la voix le même week-end. Mais parmi les trois évincés du remaniement de la fin août, le premier s'est montré le plus virulent envers la politique du président François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls. Depuis son université d'automne dans le Gard, l'ancien ministre de l'Economie a dénoncé la «politique d'austérité et l'obsession des déficits» du gouvernement.

«Le choix fondamental de notre gouvernement a été d'abord de rétablir les équilibres financiers des budgets publics. Cela est devenu une obsession, une obstination, un mantra (...) Une sorte de culte obsessionnel qui finalement subordonne l'ensemble des autres préoccupations et des autres objectifs», a lâché Arnaud Montebourg. 

#Montebourg : "nous n'avons ni le beurre ni l'argent du beurre. Il faut arrêter le mantra de la reduction des déficits" #UNIVAM-- eric hacquemand (@erichacquemand) 5 Octobre 2014

«Je crois que ce seul objectif, devenu le plus important du quinquennat, est en train de devenir l'erreur fondamentale de ce quinquennat. Et c'est notre responsabilité de l'affirmer aujourd'hui. Il faut avoir l'honnêteté de dire (...) que cette politique économique est une politique d'austérité», a même osé l'ancien ministre de l'Economie, toujours aussi critique envers ce gouvernement.

#Montebourg remet une couche sur #Hollande : "c'etait une erreur de ne pas s' etre battu contre l'austérité en Europe" #UNIVAM-- eric hacquemand (@erichacquemand) 5 Octobre 2014

Selon Arnaud Montebourg, une «alternative existe». Citant plusieurs économistes mais aussi la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, il a prôné la «règle des trois tiers pour savoir ce que nous faisons de ces économies : un tiers pour le désendettement, un tiers pour les entreprises, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 6 oct 2014 à 17:05

    *La Cour des Comptes (PS) l’a mis en évidence…les 2/3 de la dette, soit environ 13 000 Mrds/€, sont dus au surplus de fonctionnaires en France depuis TonTon 1ier...Qu’on se le dise !!!...

  • charleco le lundi 6 oct 2014 à 09:30

    Il dénonce l'austérité alors qu'il n'y a quasiment pas de réduction des dépenses de l'Etat! L'austérité pour l'Etat, oui, remise à plat des activités, réduction du train de vie, suppression des commissions inutiles, il y a tellement à faire qu'on est outré que tout cela reste en l'état tandis qu'on nous lamine chaque jour davantage.

  • M2547374 le lundi 6 oct 2014 à 07:40

    MONTEBOURG, l' exemple même des politiques irresponsables , qui laissent croire au bon peuple que la FRANCE peut (et devrait) continuer à ignorer son déficit colossal, continuer à vivre à crédit et ose parler d' austérité actuellement, alors que les dépenses de l' état ont continué à augmenter, sans qu' un quelconque début de réduction ait vu le jour. On a les hommes politiques que l' on mérite, le réveil (sous peu) va être terrible. Les français vont découvrir ce qu' est vraiment l' austérité

  • M8252219 le dimanche 5 oct 2014 à 17:56

    Un poste (pour handicapé) adapté à l'inaptitude des gouvernements socialistes à faire les réformes structurelle qui s'imposent.Réduction de moitié du nombre des députés,plafonnement de leurs revenus,indemnités et avantages.Réduction du nombre des fonctionnaires,suppression de TOUS les régimes spéciaux,la retraite à 65 ans,3 jours de délai de carence en arrêt maladie,39h hebdomadaires POUR TOUS enseignants compris