Arnaud Clément : " En tant que capitaine, je vais me remettre en cause "

le
0
Arnaud Clément : " En tant que capitaine, je vais me remettre en cause "
Arnaud Clément : " En tant que capitaine, je vais me remettre en cause "
Suite à la défaite de l'équipe de France en finale de la Coupe Davis face à la Suisse, le capitaine tricolore Arnaud Clément n'a pas nié sa part de responsabilité dans ce résultat. Mais il pointe aussi la supériorité des Suisses face aux Français.

Arnaud Clément, après ce week-end, pensez-vous toujours que la terre battue était le bon choix ?
Oui, je pense que c'était le bon choix.

À quel point vous considérez-vous responsable des résultats de ce week-end ?
La réponse est difficile. En tant que capitaine, je vais réfléchir, je vais me remettre en cause. Je vais penser, réfléchir à où j'aurais pu être meilleur stratégiquement avant la rencontre, avant le stage et les matchs. Je réagis encore à chaud. Je pense sincèrement que nous avons tout fait pour l'emporter, que nous avons quasiment tout bien fait dans notre préparation, lors de l'approche des matchs, dans la manière d'appréhender cette finale et de la préparer depuis plusieurs semaines. Les joueurs ont fait la même chose individuellement, dans des tournois qu'ils ont eu à jouer ces derniers mois. Après, bien sûr, je dois me poser des questions et essayer d'être meilleur éventuellement dans le futur. Pour l'instant, le premier sentiment est que la Suisse a été meilleure que nous sur l'ensemble du week-end.

« C'est naturellement que Richard Gasquet est allé sur le court contre Roger Federer »

Pourriez-vous nous dire quand vous avez décidé que Richard jouerait aujourd'hui et pourquoi ?
Je l'ai décidé hier (samedi). Après les matchs de vendredi, Jo-Wilfried Tsonga a ressenti une douleur au bras qu'il avait eue il y a très peu de temps, et qui récidivait. Samedi matin, il a fait un test pour voir s'il pouvait être aligné en double, cela n'a pas été le cas. Julien Benneteau a été prévenu la veille que Jo pouvait ne pas jouer le double. Il a été prévenu à la fin de l'échauffement de Jo quand on a eu la confirmation qu'il ne pouvait pas être aligné sur le double et qu'il ne pouvait pas non plus être aligné le dimanche en simple. On s'est vu le soir. C'est naturellement que Richard Gasquet est allé sur le court contre Roger Federer aujourd'hui.

Est-ce qu'aligner Jo-Wilfried Tsonga d'entrée vendredi a été une évidence ?
C'était évident. Jo avait fait une très bonne semaine complète d'entraînement avant que ses soucis reviennent. Après un peu de repos, quand il s'est entraîné de nouveau, il se sentait très bien. L'approche de la rencontre et l'intensité du match ont fait ressortir cette douleur. On ne pouvait pas le savoir à l'avance. On n'a pas perdu à cause de cela. L'équipe suisse était supérieure mais il y a néanmoins un côté malchance avec cette récidive. Beaucoup de soins ont été apportés au bras de Jo. Tout a été fait pour, rien n'a été négligé. La qualité du staff médical de l'Equipe de France est exceptionnelle. Il y a des éléments que l'on ne peut pas contrôler.

« L'équipe Suisse a été clairement supérieure »

Que manque-t-il à cette équipe pour basculer dans la petite folie qui permet de chercher une victoire en Coupe Davis, y compris contre de grosses équipes ?
Aujourd'hui, l'équipe Suisse a été clairement supérieure niveau tennis. Une accumulation de petits détails qui peuvent tourner en notre faveur peut parfois inverser le sens d'un match, peut-être le sens de la rencontre. Quand on regarde la rencontre dans son ensemble, les joueurs Suisses sont plus forts et plus réguliers pendant la saison, ils sont numéros deux et quatre dans le Monde. On s'était préparés au maximum à un exploit parce qu'on savait que ce serait une performance exceptionnelle. Nous étions loin d'être favoris. Il manque peut-être des victoires, des grandes victoires régulières dans des gros tournois et contre ces joueurs pendant l'année pour que nos joueurs aient encore un niveau supérieur. C'est beaucoup et c'est peu à la fois. Ce peu est difficile à aller chercher parfois. Je sais que mes joueurs ont à c½ur d'y aller et d'y parvenir.

Pensez-vous que cette défaite en finale dans une ambiance incroyable, même si vous êtes tous sous le coup de la déception, vous servira pour l'avenir ? Cela vous permettra de revenir plus forts ?
C'est une expérience forte pour tous les joueurs. Accumuler cette expérience, ces grands moments contre des joueurs de cette qualité peut servir à l'avenir. Maintenant, il faut encaisser, c'est dur pour tout le monde : eux, moi, les membres du staff, même pour les supporters. Tout le monde y croyait très fort. La qualité des grands champions est de savoir réagir, rebondir, réfléchir à comment y arriver. Je suis persuadé que mon groupe a cette force.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant