Armor Lux déshabillée par Saint James

le
1
Arnaud Montebourg, très attaché à Armor Lux, dont il avait arboré une marinière pour défendre le «made in France», s'est publiquement ému du manque à gagner pour la PME.

Une de perdue, vingt de retrouvées... Ce pourrait être la morale de cette histoire plus épineuse qu'il n'y paraît, mêlant passation de marchés publics, «made in France» et emplois. Le marché de l'habillement des 120.000 fonctionnaires de la police nationale et ses 24 millions d'euros, jusqu'alors détenu par l'entreprise finistérienne Armor Lux, est en effet en passe d'être attribué, en toute légalité concurrentielle, à une vingtaine d'autres entreprises regroupées dans Cofely Ineo, une filiale de GDF Suez spécialisée dans la logistique et l'intégration de solutions pour des entreprises privées et publiques.

Mais Arnaud Montebourg, très attaché à Armor Lux, dont il avait arboré une marinière pour défendre le «made in France», s'est publiquement ému du manque à gagner pour la PME. Le m...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le vendredi 19 avr 2013 à 11:18

    Il va falloir lui annoncer la notion de marchés publics