Armes chimiques-L'Onu évoque des zones d'ombre dans la déclaration syrienne

le
1

NATIONS UNIES, 4 septembre (Reuters) - Les Nations unies ont fait savoir jeudi que la déclaration présentée par la Syrie sur ses armes chimiques comportait toujours des zones d'ombre, et Washington a dit craindre que des stocks omis et toujours présents en Syrie ne tombent aux mains des djihadistes de l'Etat islamique (EI). Sigrid Kaag, qui dirige une mission de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) supervisant la destruction de l'arsenal chimique syrien, a expliqué que depuis que le régime du président Bachar al Assad avait présenté sa déclaration initiale, à la fin 2013, il y avait fait quatre amendements. "Il reste des différences, ou des questions, concernant la déclaration faite par les autorités syriennes elles-mêmes", a-t-elle déclaré après avoir rendu compte au Conseil de sécurité des Nations unies pour la dernière fois avant que la mission prenne fin, le 30 septembre. "Il reste des inquiétudes concernant de possibles différences de volume et sur d'autres questions", a-t-elle dit. "Je retourne à Damas dans la période qui vient et nous allons évoquer cela". La représentante permanente des Etats-Unis à l'Onu, Samantha Power, a fait part d'inquiétudes concernant le risque de voir des armes chimiques non déclarées tomber entre les mains de l'EI. "Les Etats-Unis s'inquiètent des différences, et du risque d'omissions dans la déclaration", a dit à la presse Samantha Power, qui préside le Conseil de sécurité ce mois-ci, après l'intervention de Sigrid Kaag devant cette instance. "Il est évident que s'il reste des armes chimiques en Syrie, le risque existe qu'elles tombent entre les mains de l'Etat islamique. Et on peut imaginer ce qu'une organisation comme celle-ci ferait si elle entrait en possession de telles armes", a-t-elle poursuivi. (Michelle Nichols et Louis Charbonneau; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le vendredi 5 sept 2014 à 06:57

    Comme c'est étrange, ça ! Et naturellement, l'Iran respecte ses engagements aussi. Génial.