Armes chimiques en Syrie : soupçons d'une Commission de l'ONU

le
0
Armes chimiques en Syrie : soupçons d'une Commission de l'ONU
Armes chimiques en Syrie : soupçons d'une Commission de l'ONU

Crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont devenus une «réalité quotidienne» en Syrie. Dressant cette cunclusion dans son dernier rapport devant le Conseil des droits de l'Homme, la Commission d'enquête de l'ONU cite notamment le soupçon d'usage d'armes chimiques, les massacres et le recours à la torture.

La Commission estime qu'«il y a des motifs raisonnables de penser que des quantités limitées de produits chimiques ont été utilisés». Les enquêteurs font état de quatre événements lors desquels ces agents auraient été utilisés : à Khan Al-Assal près d'Alep le 19 mars, à Uteibah près de Damas le 19 mars, dans le quartier de Cheikh Maqsoud à Alep le 13 avril et dans la ville de Saraqeb le 29 avril. Les enquêtes n'ont pour l'instant pas permis d'identifier la nature de ces agents chimiques, les systèmes d'armes employées ni ceux qui les ont utilisés. «Nous avons des interviews de victimes, de réfugiés (...) et de personnel médical», a expliqué le président de la Commission, le Brésilien Paulo Pinheiro.

Le rapport couvre la période allant du 15 janvier au 15 mai. Agissant sous mandat du Conseil des droits de l'Homme, la Commission indépendante d'enquête internationale n'a toujours pas reçu le feu vert de Damas pour se rendre en Syrie. «Je suis très surprise par la violence et la cruauté des actes criminels, surtout les acte de torture. Un autre élément qui m'a aussi perturbé, c'est l'utilisation des enfants dans les combats» et qui sont «tués, torturés», raconte Carla del Ponte, magistrate suisse et membre de la Commission d'enquête. Depuis le début du conflit, 86 enfants soldats auraient été tués, dont la moitié depuis janvier.

Meurtres, torture, viols, déplacements forcés et autres actes inhumains

Les enquêteurs accusent l'armée, aidée de milices et de combattants étrangers, dont le Hezbollah, de commettre des meurtres, actes de torture, viols, déplacements forcés et autres actes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant