Armes chimiques en Syrie : Paris et Londres font cavalier seul

le
0
VIDÉO - En chamboulant la donne diplomatique, la France espère donner de nouvelles chances à la conférence de Genève.

Affirmant que la ligne rouge sur les armes chimiques a été «franchie incontestablement» et en posant la question de la réaction «y compris d'une façon armée», la France a dit tout haut ce que les capitales occidentales pensent tout bas depuis plusieurs semaines. Quitte à afficher des divergences - réelles ou supposées - avec la Maison-Blanche, qui, après avoir en vain tenté d'enterrer le dossier des armes chimiques, réclame de nouvelles preuves avant de se prononcer. Mercredi, le secrétaire d'État américain, John Kerry, a cependant demandé à la France de partager ses informations sur l'usage de gaz sarin. Il a indiqué avoir été en contact avec Laurent Fabius et a commenté: « Clairement, c'est une déclaration très importante, une découverte très importante.»

Mais la France se trouve-t-elle en porte-à-faux avec les États-Unis? «Nous n'avi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant