Armes chimiques en Syrie : les principaux points du rapport de l'ONU

le
0
Armes chimiques en Syrie : les principaux points du rapport de l'ONU
Armes chimiques en Syrie : les principaux points du rapport de l'ONU

Le rapport des experts de l'ONU rendu public lundi 16 septembre est le fruit d'une enquête de terrain menée du 26 au 29 août dans les environs de Damas, où un massacre a été perpétré le 21 août. Il comprend cinq pages de conclusions, accompagnées d'une lettre de présentation signée notamment du Dr Aake Sellström, qui dirigeait l'équipe des experts, et d'annexes techniques. En voici les principaux points:

Déroulement de l'enquête et méthodologie

> Les experts sont arrivés le 18 août en Syrie, initialement pour visiter trois sites présumés d'attaques à l'arme chimique: Khan al-Assal, près d'Alep (nord), Cheikh Maqsoud (faubourg d'Alep) et Saraqueb, près d'Idlib (nord-ouest). Mais après le massacre du 21 août dans la Ghouta (périphérie rurale de Damas) ils se sont concentrés sur ce drame en profitant d'un «cessez-le feu temporaire» négocié avec le gouvernement et l'opposition, et en vigueur entre le 26 et le 29 août, pendant cinq heures par jour.

> Ils se sont rendus successivement à Moadamiyah (Ghouta ouest, pendant deux heures le 26 août), Zamalka et Ein Tarma (Ghouta est, cinq heures et demi sur place les 28 et 29 août).

> L'équipe a interviewé «plus de 50 survivants» dont des victimes, sept médecins, neuf infirmières et des secouristes. Les survivants ont décrit «des tirs d'artillerie suivis par une gamme de symptômes», allant de l'essoufflement à la perte de connaissance en passant par des troubles occulaires et des nausées. Les premiers secouristes ont découvert «un grand nombre de personnes gisant sur le sol, plusieurs déjà morts ou ayant perdu connaissance» et ne présentant pas de blessure apparente.

Indices matériels, échantillons

> Les experts ont choisi 36 survivants qu'ils ont soumis à un examen médical révélant des «symptômes compatibles avec un empoisonnement par des composants organophosphatés», qui entrent notamment dans la composition des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant