Armes à feu-La Maison blanche taxe les sénateurs de lâcheté

le
0
 (Actualisé avec Obama sur Twitter, 2e paragraphe) 
    WASHINGTON, 21 juin (Reuters) - La Maison blanche a accusé 
mardi les sénateurs américains de sacrifier la sécurité du pays 
sur l'autel de leurs ambitions politiques, au lendemain du rejet 
de quatre propositions visant à durcir les conditions de ventes 
des armes à feu aux Etats-Unis, après le massacre d'Orlando qui 
a coûté la vie à 49 personnes. 
    "La violence par les armes à feu requiert davantage que des 
minutes de silence", a dit de son côté le président Barack Obama 
sur Twitter. "Elle appelle des actes. En échouant sur ce 
plan-là, le Sénat a manqué à ses devoirs devant le peuple 
américain", a-t-il ajouté. 
    Un peu plus tôt, le porte-parole de la Maison blanche, Josh 
Earnest, avait estimé sur la chaîne MSNBC que "Ce que nous avons 
vu hier soir au Sénat américain était une honteuse démonstration 
de lâcheté". 
    Selon lui, les propositions mises aux voix lundi soir à la 
chambre haute auraient dû rallier un large soutien bipartisan, 
afin d'éviter que se reproduisent des tueries comme celles à la 
discothèque gay d'Orlando, en Floride, le 12 juin. 
    Or, dans un scénario désormais familier pour les tenants 
d'un contrôle des armes à feu, les quatre mesures, présentées 
sous forme d'amendements à un projet de dépenses du département 
de la Justice, n'ont pas réussi à obtenir la majorité qualifiée 
de 60 des 100 sénateurs requise pour être adoptée. (voir 
 ) 
    Déjà, après le massacre de 20 enfants et six adultes dans 
une école élémentaire de Newtown dans le Connecticut en 2012, 
l'administration Obama avait tenté de durcir l'accès aux armes à 
feu mais le Congrès, majoritairement républicain, avait rejeté 
la mesure. 
    Selon le porte-parole de la Maison blanche, les autorités 
américaines craignent aujourd'hui qu'il n'y ait sur le sol 
américain des personnes qui ont des liens avec le terrorisme ou 
sont susceptibles d'être recrutées par le groupe djihadiste Etat 
islamique (EI). 
    "Pour le moment, aucune loi n'empêche de tels individus 
d'entrer dans un magasin et de se procurer une arme à feu", a 
ajouté Josh Earnest. 
 
 (Doina Chiacu et Richard Cowan; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant