Armelle Le Bras-Chopard : "Répudiation, c'est vraiment trop fort !"

le
0
Une partie des responsables politiques de droite ont critiqué la manière dont François Hollande s'est comporté avec Valérie Trierweiler.
Une partie des responsables politiques de droite ont critiqué la manière dont François Hollande s'est comporté avec Valérie Trierweiler.

François Hollande a annoncé publiquement sa séparation par un communiqué laconique adressé samedi 25 janvier à l'AFP : "Je fais savoir que j'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler." Une méthode qui a indigné une partie de la classe politique (de droite). La présidente du FN Marine le Pen, les députés UMP Henri Guaino, Georges Fenech et Valérie Boyer ont évoqué une "répudiation". De son côté, la candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet a également condamné cette manière de procéder : "Les termes de ce communiqué ne laissent pas indifférents une femme. Ça ressemblait plus à une lettre de licenciement qu'à une lettre de rupture", a déclaré la candidate UMP à la mairie de Paris sur i>Télé. Sur les réseaux sociaux ou les commentaires, nombre d'internautes abondaient en ce sens, en des termes plus ou moins élégants.Pendant sa campagne, François Hollande s'est autoproclamé "féministe". Une fois entré en fonction, il a d'ailleurs fait respecter la parité : sur les 34 membres du gouvernement, 17 étaient des femmes avant l'éviction de Delphine Batho. La manière dont il a mis fin à sa relation avec la journaliste de Paris Match est-elle la marque d'un excès de goujaterie, voire de machisme qui pourrait lui valoir l'ire de son électorat féminin ? Voici quelques éléments de réponse avec Armelle Le Bras-Chopard, auteure du livre Première dame, second rôle (Seuil)....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant