Armée : Macron sème la tempête

le , mis à jour à 08:36
7
Armée : Macron sème la tempête
Armée : Macron sème la tempête

Cette crise-là, Emmanuel Macron ne l'a ni vue venir, ni maîtrisée. C'est pourtant lui qui l'a déclenchée, la veille du 14 Juillet en recadrant sévèrement le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, « coupable » d'avoir critiqué les coupes budgétaires de 850 M¤ pour 2017. Sortant de son discours, Macron rappelle qu'il n'y a qu'un chef : lui.

 

Dès lors, la crise entre l'institution la plus populaire de France et le jeune président éclatait au grand jour. La démission du général cinq étoiles -- pourtant prolongé dans ses fonctions par Macron lui-même -- devenait inéluctable. De Villiers, très respecté de ses troupes, acte lui-même de la rupture, avec des mots terribles : « Je considère ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français », écrit-il dans son communiqué. Une gifle pour le chef de l'Etat, qui a d'autant moins apprécié la formule, « inélégante » selon l'entourage élyséen, qu'il est le garant de la sécurité du pays.

 

Critiques sur le style du chef, craintes sur le fond

 

Alors ce bras de fer au sommet vat- il dégénérer en crise de confiance sans précédent chez les militaires ? « Nous n'avions pas eu de telle crise politico-militaire depuis le putsch des généraux d 'Alger en 1961 », s'émeut le général Vincent Desportes, ex-patron de l'Ecole de guerre. « Il s'est servi de nous pour construire sa communication, ça rappelle les débuts de Sarkozy, tout en images et en postures », tacle le colonel Michel Goya.

 

LIRE AUSSI

> Budget : pourquoi l'armée doit économiser 850 millions d'euros

 

« Le président doit quitter ses attitudes d'autoritarisme juvénile : avoir besoin de répéter qu'il est le chef montre qu'il y a un problème », renchérit un haut gradé. Les militaires doutent désormais que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 il y a 5 mois

    je m'appelerais LE DRIAN je démissionnerais aussi car en tant qu'ancien ministre des armées qui a toujours soutenu ses hommes, le budget etc... je n'admettrais pas de m'être fait roulé dans la farine par un roitelet qui se croit au dessus de tout....et qui n'est au dessus de rien....

  • JOG58 il y a 5 mois

    le chef de l'etat major qui defend son armée, ses hommes, son budget pour renouveler le matériel : c'est tout à son honneur. Un roitelet qui croit tout connaitre et tout régir : ça ne va pas durer longtemps quelque soit le domaine......

  • M4599871 il y a 5 mois

    Micron: immature, narcissique cachant par le verbiage un profond vide intérieur.

  • M1945416 il y a 5 mois

    les médias frustré ? vous rigolé , c'est eux qui a force de propagande ont fait élire macron

  • jcaumon2 il y a 5 mois

    D'autre-part, les médias "suiveurs et acteurs de l'actualité auto-destructrice française" sont frustrés de ne plus être dans les confidences du gouvernement en "off" ou fausses "off" à l'ancienne et se délectent enfin de pouvoir se venger. Il faudra qu'ils s'habituent: ils ne sont que des commentateurs de l'actualité et n'ont pas à être des juges ni des previsionnistes de la pensée élyséenne.Qu'ils restent dans leur rôle ! la république ne s'en portera que mieux

  • jcaumon2 il y a 5 mois

    Les principes fondamentaux qui régissent les armées sont : la discipline et le devoir de réserve. Mais les généraux ont souvent un égo hypertrophié et un sentiment de toute puissance qui les conduit parfois à contester le pouvoir.Le général d'armée a failli à son devoir de réserve par des propos irrespectueux que ne pouvait laisser passer le président. Il s'est lui-même condamné à la démission.

  • s.thual il y a 5 mois

    Selon moi le rôle de un president ce est de, éviter ce genre de tempête qu il ait raison ou non.le intérêt du pays d,abord