Armée : 24 000 suppressions de postes supplémentaires d'ici à 2019

le
19
Armée : 24 000 suppressions de postes supplémentaires d'ici à 2019
Armée : 24 000 suppressions de postes supplémentaires d'ici à 2019

Vingt-quatre mille postes supplémentaires vont être supprimés dans les armées d'ici à 2019, selon le Livre blanc remis lundi au président de la République François Hollande. La Loi de programmation militaire votée en 2009 sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy prévoyait la suppression de 54 000 postes entre 2008 et 2015. Environ 10 000 emplois restent encore à supprimer à ce titre dans la défense.

D'ici 2019, le gouvernement actuel appliquera ces décisions et réduira encore les effectifs de 24 000 postes, en application des nouveaux contrats opérationnels fixés par le Livre blanc. Au total, entre 2014 et 2019, le ministère de la Défense devra donc réduire ses effectifs d'environ 34 000 postes. Un dispositif d'accompagnement social sera mis en place pour accompagner les réductions d'effectifs.

L'armée de Terre devrait être la plus touchée

S'il n'a pas souhaité commenter ces suppressions de postes, le chef de l'Etat a précisé avoir «rendu les arbitrages pour concilier trois impératifs». Le premier, a-t-il détaillé, est d'assurer «à la défense et à la sécurité de notre pays une visibilité pour les quatre ans qui viennent». Le second, «de permettre à l'industrie d'anticiper ses volumes de commandes et d'anticiper ses recherches». Enfin, le troisième, «la nécessité de concilier l'équilibre de nos comptes publics (...) avec l'indépendance de nos décisions».

«Ce que je souhaite, ce que j'exige même, c'est que les engagements que nous prenons soient respectés sur les cinq prochaines années, ce qui marquera une évolution, pour ne pas dire une rupture par rapport au passé», a insisté François Hollande.

Le Livre blanc 2013 s'inscrit dans la continuité du précédent, avec un rythme de réductions d'effectifs plus modéré. C'est l'armée de Terre qui devrait être la plus touchée. Des régiments et des bases militaires devraient disparaître. L'armée de l'air devrait également être...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le mardi 30 avr 2013 à 17:51

    @ma ZAZA de psdie la vilaine, sur les 158 842 personnes (tout confondu) qui travaillent à EDF, 1/3 (+50000) de fai néants pour être supprimé, on ferait une belle économie, mdr. ah! oui mais c vrai, l'armée n'a pas le droit de faire grève ou manifester, pas comme vous il suffit qu'un Syndicaliste CGT fait un P de travers ou autres pour lancer une grève

  • M2135936 le mardi 30 avr 2013 à 10:13

    Précision : le chiffre de 180 Milliards annoncé à la TV semble correspondre à une loi de programmation militaire sur plusieurs années. Le budget annuel est de 31.4 milliards soit 1.75% du Pib ce qui reste beaucoup trop avec cette" armée mexicaine" peu efficace.

  • psdi le mardi 30 avr 2013 à 09:22

    @manu331 : Entre nous @manu331 , je préfère qu'on investisse dans 34 000 enseignants que dans le maintien de 34 000 trouffions. Il en va de l'avenir de nos enfants et tant pis si nous avons moins de héros.

  • psdi le mardi 30 avr 2013 à 08:23

    Enfin, on se met à réduire l'effectif des armées. S'il y a le même pognon et ses suppressions de poste, il y aura plus de pognons pour le matériel. Ensuite, cela nous évitera plus de faire du "zéle" en dehors de notre territoire sans les autres pays. Cela suffit très largement pour ce qu'on doit y faire.

  • fbordach le mardi 30 avr 2013 à 07:05

    Pour une fois que l'on peut virer des fonctionnaires qui n'ont pas le droit de grève ne nous en privons pas...

  • fbordach le mardi 30 avr 2013 à 07:03

    24000 chômeurs de plus, le changement c'est maintenant!

  • M2135936 le lundi 29 avr 2013 à 19:53

    M5441845Le PIB 2012 de la France est de 1 800 milliards d'euros et les dépenses militaires de 180 milliards : cela fait malheureusement 10% du PIB.On parle de dépenses militaires.

  • knbskin le lundi 29 avr 2013 à 19:47

    Maintenant, comme le dit M3890093, on ne peut pas occuper le terrain avec des frégates. Il faut des soldats. Et en contre-insurrection, il faut en gros 1 soldat en armes pour 50 habitants. Au Mali, on est loin du compte. Tabt qu'il s'agit d'encercler les sal.opards dans les Ifoghas et de les massacrer, pas de problème ... Quand il faudra "tenir" le Mali, ce sera différent.

  • knbskin le lundi 29 avr 2013 à 19:43

    ... Ca, c'est de la productivité. Si on faisant la même chose sur les effectifs de la fonction publique territoriale (des gens qui ne servent à rien ...) ? :)

  • knbskin le lundi 29 avr 2013 à 19:41

    ... Pour maintenir l'armée à peu près à niveau, il faudrait être nettement à plus de 2 % du PIB pour la Défense, qui a fait par ailleurs d'énormes efforts de réduction d'effectifs ces dernières années, BEAUCOUP PLUS en fait que les autres services de l'Etat. Un exemple techno : une frégate FREMM sur pied de guerre a un effectif de 110 marins environ contre 250 pour les F70, le modèle actuellement en service. Et une FREMM est infiniment plus "puissante" qu'une F70 ...