Arkema pénalisé par une conjoncture dégradée en Europe

le
0

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Arkema a confirmé jeudi ses perspectives financières à horizon 2016 mais ne s'attend pas cette année à réaliser un résultat brut d'exploitation aussi élevé que celui de l'an dernier dans un environnement toujours difficile, notamment en Europe.

Sur les six premiers mois de l'année, le numéro un français de la chimie a vu son Ebitda reculer de 9,3% à 507 millions d'euros et anticipe, pour le second semestre, un résultat brut d'exploitation similaire à celui dégagé un an plus tôt.

"Sur le deuxième semestre, on devrait réaliser un Ebitda similaire, comparable à celui de l'an dernier", a déclaré le PDG du groupe Thierry Le Hénaff lors d'une conférence téléphonique, reconnaissant qu'au vu des résultats des six premiers mois de l'année, l'Ebitda annuel sera "mécaniquement" inférieur à celui de 2012.

"Le groupe confirme (...) sa capacité à réaliser une performance annuelle très solide dans un environnement macroéconomique moins favorable qu'en 2012", souligne toutefois l'entreprise dans un communiqué.

"Le groupe restera toutefois attentif aux évolutions de l'environnement macroéconomique et mettra en oeuvre les mesures d'adaptation nécessaires le cas échéant", poursuit Arkema.

Le chimiste français n'entrevoit pas d'amélioration sur le marché européen avant la fin de l'année.

"L'Asie devrait être dans la continuité, avec de la croissance mais une croissance plus modérée, assez en ligne avec ce qu'on a pu observer sur les douze derniers mois", a souligné Thierry Le Hénaff.

A la Bourse de Paris, après avoir ouvert en repli de 5%, l'action Arkema réduisait ses pertes. A 12h, le titre ne cède plus que 0,6% à 74,89 euros.

A l'horizon 2016, Arkema, dont le Fonds stratégique de participations a pris environ 6% du capital début juillet, confirme en revanche son ambition de réaliser un chiffre d'affaires de huit milliards d'euros et une marge d'Ebitda de 16% tout en maintenant un taux d'endettement inférieur à 40%.

A fin juin, son ratio d'endettement sur fonds propres ressort à 49,6% avec une dette nette de 1,15 milliard d'euros.

Avec Noëlle Menella, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant