Arkema confirme la cession de son pôle vinylique à Klesch

le
0

par Julien Ponthus et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Arkema a annoncé mercredi un projet de cession de l'intégralité de son pôle de produits vinyliques au groupe suisse Klesch afin de se recentrer sur la chimie de spécialités, confirmant une information de Reuters.

Le numéro un français de la chimie précise que l'opération devrait se traduire par une charge exceptionnelle nette comptable de quelque 470 millions d'euros en 2011, avec un impact négatif d'environ 100 millions sur sa trésorerie.

Le groupe précise qu'il dotera la nouvelle entité d'un bilan "très solide" et que les 1.780 salariés français et 850 salariés hors de France seraient transférés dans la nouvelle entité dont le siège social serait basé à Lyon (France).

Cette nouvelle entreprise sera dirigée par Otto Takken, actuel directeur général du pôle Produits Vinyliques d'Arkema.

Le titre, dont la cotation avait été suspendue dans la matinée a repris en hausse de plus de 16% à 46,03 euros vers 13h00. Avant sa suspension, le titre gagnait seulement 1,3%.

"C'est avant le gros retournement de cycle que tout le monde attendait, donc même s'ils payent 100 millions d'euros pour s'en débarrasser, ce n'est pas dramatique", a déclaré Patrick Lambert, analyste à la Société générale. "Le marché, qui appliquait une décote sur le titre en raison de son caractère cyclique et de l'effet pénalisant des produits vinyliques n'a plus de raison de le faire".

Klesch est spécialisé dans les investissements de long terme dans l'industrie - aluminium, raffinage de produits pétroliers et transport maritime industriel - et possède une activité de trading de produits de commodités. Le groupe, fondé en 1990 et dirigé par l'investisseur Gary Klesch, a réalisé un chiffre d'affaires de plus de trois milliards d'euros en 2010.

Le pôle de produits vinyliques d'Arkema, qui ne représente plus que 15% du chiffre d'affaires total du groupe, a réalisé au troisième trimestre une marge brute d'exploitation (Ebitda) nulle contre 14,2% pour l'ensemble du groupe.

Son chiffre d'affaires a baissé de 2,1% à 278 millions d'euros sur cette période, sous le coup d'une baisse des volumes dans un marché de la construction difficile en Europe.

MOINS CYCLIQUE ET PLUS RENTABLE

Par comparaison, les pôles de chimie industrielle et produits de performance, sur lesquels Arkema se recentre, ont dégagé des marges de 16,4% et de 19,7% au troisième trimestre.

Arkema avait annoncé fin 2010 viser une amélioration d'environ un tiers de son Ebitda et de son chiffre d'affaires au cours des cinq prochaines années, soutenu par l'innovation, la croissance rapide des pays émergents et des acquisitions ciblées. Il avait dit anticiper en 2015 un Ebitda de plus d'un milliard d'euros et un chiffre d'affaires d'environ 7,5 milliards.

"Recentré sur ses activités de spécialités, avec des positions de premier plan sur l'ensemble de ses lignes de produits, le nouvel Arkema offrirait un meilleur équilibre par région, une réduction de sa cyclicité et une rentabilité amélioré", précise le groupe dans un communiqué.

Arkema évalue son chiffre d'affaires proforma estimé à environ 6,5 milliards d'euros après intégration des résines du groupe Total en année pleine.

Le groupe a confirmé début novembre prévoir pour 2011 une hausse de l'ordre de 30% de son Ebitda, à plus d'un milliard d'euros, tout en prévenant que la saisonnalité traditionnelle de fin d'année, moins marquée au quatrième trimestre 2010, devrait être de retour en cette fin 2011.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant