Arkema cède son pôle vinylique à Klesch, l'action flambe

le
0

par Julien Ponthus et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Arkema a annoncé mercredi un projet de cession de l'intégralité de son pôle de produits vinyliques (PVC, chlore, soude) au groupe suisse Klesch afin de se recentrer sur la chimie de spécialités et de se désengager d'une activité jugée peu rentable et trop cyclique.

Le numéro un français de la chimie, qui a ainsi confirmé une information de Reuters, a vu son titre flamber et finir la séance en hausse de 13,97% à 45,25 euros, de loin la plus forte hausse du SBF 120 en baisse lui de 1,63%.

Le titre ramène ainsi son recul depuis le début de l'année à 16%, surperformant l'indice européen de la chimie qui baisse sur la même période de 18,63%.

Le groupe précise que l'opération, qu'il espère finaliser au deuxième trimestre 2012, devrait se traduire par une charge exceptionnelle de quelque 470 millions d'euros en 2011, avec un impact négatif d'environ 100 millions sur sa trésorerie.

Il a toutefois maintenu son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) pour 2015, fixé il y a un an, à 1,050 milliard d'euros, même avec la cession du pôle vinylique.

"C'est avant le gros retournement de cycle que tout le monde attendait, donc même s'ils payent 100 millions d'euros pour s'en débarrasser, ce n'est pas dramatique", a déclaré Patrick Lambert, analyste à la Société générale. "Le marché, qui appliquait une décote sur le titre en raison de son caractère cyclique et de l'effet pénalisant des produits vinyliques n'a plus de raison de le faire".

Le pôle de produits vinyliques, dont la part dans le chiffre d'affaires du groupe a été divisée par deux à 12% depuis la création du groupe en 2006, avait réalisé un Ebitda à l'équilibre sur les neuf premiers mois de 2011 et prévoyait une perte au quatrième trimestre.

Sur le seul troisième trimestre, sa marge d'Ebitda était nulle contre 16,4% et 19,7% respectivement pour les pôles de chimie industrielle et produits de performance, sur lesquels Arkema se recentre.

EXPOSITION RÉDUITE À L'EUROPE

Arkema, scindé de Total en 2006, a dépensé 400 millions d'euros pour tenter de restructurer sa division de produits vinyliques.

"Malheureusement ces efforts se sont avérés insuffisants pour permettre au pole vinylique de lutter d'égal à égal avec ses principaux concurrents et d'atteindre son équilibre financier", a souligné le PDG d'Arkema, Thierry Le Hénaff, lors d'une conférence téléphonique.

"Continuer ce périmètre pas à pas dans les années qui viennent (...) ne nous semblait plus une stratégie satisfaisante même si c'était notre stratégie de base", a-t-il ajouté, citant des motifs sociaux et industriels.

Gary Klesch, fondateur et président du groupe éponyme, a précisé de son côté à Reuters qu'il comptait investir 70 à 80 millions d'euros d'ici deux à trois ans et ne pas prévoir de changement sur le plan de l'emploi pour la division.

"Je pense que nous sommes à la bonne taille", a-t-il dit.

Arkema a précisé que les 1.780 salariés français et 850 salariés hors de France seraient transférés dans la nouvelle société dont le siège social serait basé à Lyon (France) et que statuts et rémunérations seraient maintenus.

Le PVC est utilisé notamment pour fabriquer des jouets, des revêtements de sol, des emballages ou encore les cartes de crédit.

Cette nouvelle entité sera dirigée par Otto Takken, l'actuel directeur général du pôle de produits vinyliques d'Arkema.

Klesch est spécialisé dans les investissements de long terme dans l'industrie - aluminium, raffinage de produits pétroliers et transport maritime industriel - et possède une activité de trading de produits de commodités. Le groupe, fondé en 1990 et dirigé par l'investisseur Gary Klesch, a réalisé un chiffre d'affaires de plus de trois milliards d'euros en 2010.

Arkema évalue son chiffre d'affaires à environ 6,5 milliards d'euros après intégration des résines de Total en année pleine en données pro forma.

L'opération accroît également l'exposition d'Arkema à l'Asie et l'Amérique du Nord, réduisant la part de l'Europe de 48% à 40% en 2011.

Le groupe, dont l'un des objectifs pour 2015 est de se renforcer dans les pays à forte croissance, a parallèlement annoncé lundi deux nouvelles acquisitions en Chine dans les polyamides, qui s'inscrivent dans son programme de développement sur le marché chinois et dans les plastiques d'origine végétale.

Les cabinets d'avocats Willkie Farr & Gallagher et August & Debouzy ont conseillé Arkema et Klesch respectivement.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant