Aristide Barraud : le match le plus dur

le , mis à jour à 07:52
0
Aristide Barraud : le match le plus dur
Aristide Barraud : le match le plus dur

Les premières demandes sont arrivées très rapidement et du monde entier. Peu après le 13 Novembre, des dizaines de sociétés de production ont proposé à Aristide Barraud, 27 ans, grièvement blessé devant le Petit Cambodge, de réaliser un documentaire sur son histoire. Celle d'un rugbyman professionnel du club italien de Mogliano qui, après avoir frôlé la mort -- il doit sa survie à l'intervention du médecin, et ancien pilier international, Serge Simon --, s'est immédiatement fixé comme objectif de rejouer au plus haut niveau.

 

Le jeune homme hésite à accepter jusqu'au jour où Aïda Amara, sa meilleure amie, lui parle du projet de la journaliste Laëtitia Krupa. Celle-ci propose de réaliser un film autour d'Aristide mais aussi de sa sœur Alice, 25 ans, acrobate, blessée au bras le soir du drame. L'idée le touche et le convainc. « Alice et Aristide », le bouleversant documentaire de 56 minutes, diffusé demain soir (20 h 50), sur la chaîne l'Equipe, est né.

 

La présence des caméras à toutes les étapes de sa rééducation ne dérange pas le rugbyman. Il avoue toutefois n'avoir ressenti aucun effet bénéfique à parler. « La fonction cathartique n'est pas du tout là, assure-t-il. En revanche, maintenant que c'est fini et que j'ai vu le documentaire, c'est un vrai soulagement. Tout est vrai, simple, clair, digne et respectueux. »

 

Ce projet, Aristide Barraud ne l'a pas accepté que pour lui. Il a, en effet, été marqué par les conséquences d'un long entretien publié début mars dans « l'Equipe ». « J'ai reçu des milliers de messages disant que mes mots et ma volonté avaient donné beaucoup de force aux gens, raconte l'ancien joueur du Stade Français et de Massy. Je me suis dit que, puisque dans ma vie je m'étais beaucoup inspiré d'histoire fortes — biographies de sportifs et autres —, je pouvais peut-être à mon tour aider des gens. » Un an après, il a gardé le même objectif : rejouer. « Et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant