Arianespace veut être au rendez-vous des constellations de satellites en orbite basse

le
0
Arianespace veut être au rendez-vous des constellations de satellites en orbite basse
Arianespace veut être au rendez-vous des constellations de satellites en orbite basse

"Les constellations de satellites en orbite basse sont le sujet chaud du moment, il va y avoir une nouvelle ruée vers l'or", a déclaré à l'AFP le PDG d'Arianespace Stéphane Israël qui ne veut pas laisser passer ces nouvelles possibilités générées par l'expansion d'internet, sur lesquelles lorgne le concurrent américain SpaceX."Le projet qui a fait des avancées notables dans ce domaine est OneWeb, de Greg Wyler, qui a le soutien de Richard Branson (Virgin) et de Qualcomm (concepteur américain de puces électroniques)", a précisé M. Israël lors d'un entretien à Tokyo."On connaît et suit ce projet dont nous avons eu connaissance très en amont car le fondateur de OneWeb a été celui d'une autre constellation de satellites 03B, déployée par Arianespace, et pour laquelle il y aura peut-être d'autres lancements".OneWeb, jeune société précédemment baptisée WorldVu, envisage de placer dans l'espace proche autour de la Terre pas moins de 648 satellites pour couvrir l'intégralité de la planète et offrir une connectivité permanente à la toile avec des capacités nouvelles."Cela veut dire plusieurs dizaines de satellites par tir et un calendrier d'une dizaine de tirs par an", estime M. Israël.L'horizon temporel de OneWeb première génération étant aux environs de 2020, "il faudra cependant avoir des capacités de lancement et de production de grande cadence. Mais il n'existe sur ce plan pas d'obtacle technique". La preuve, "Arianespace a fait une offre", a annoncé le PDG à l'AFP.OneWeb a pour sa part indiqué en mars son intention de sélectionner prochainement un opérateur de lancement, après avoir fait le choix des satellites parmi les propositions vraisemblablement formulées par Airbus Defense & Space, OHB, Lockheed Martin, Thales Alenia Space, etc.Il s'agira d'objets de 125 kilogrammes pièce, placés à 1.200 km d'altitude et offrant chacun un débit de 8 Gigabits par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant