Arianespace contrainte de réduire les coûts

le
0
Les résultats commerciaux 2013 sont excellents mais face à la concurrence de SpaceX, la filière Ariane doit réagir.

C'est à un changement de paradigme que Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, invite les acteurs de la filière spatiale européenne. L'environnement a changé. D'un côté, le marché se tourne vers les petits satellites (moins de 3,4 tonnes) et se dit prêt à adopter la technologie de la propulsion électrique. De l'autre, la concurrence est «revigorée». L'Europe surveillait ses frontières orientales mais c'est finalement à l'Ouest, des États-Unis, qu'ont surgi les rivaux les plus menaçants.

SpaceX avec son lanceur, le Falcon 9, a prouvé qu'il était capable de placer des satellites de télécoms en orbite géostationnaire (GTO, à 36 000 km de la Terre). Le 6 janvier, SpaceX a réussi sa deuxième mission de ce type pour le compte de l'opérateur asiatique Thaicom. Et, cela, à prix cassé: 55 millions de dollars. Un lancement sur Ariane 5 est facturé 100 m...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant