Argentine : treize détenus rejouent «La Grande évasion»

le
0
Argentine : treize détenus rejouent «La Grande évasion»
Argentine : treize détenus rejouent «La Grande évasion»

Treize détenus de la prison de haute sécurité d'Ezeiza, près de Buenos Aires, se sont évadés lundi de leur cellule par un tunnel qu'ils avaient creusé. «Nous soupçonnons clairement des complicités internes du personnel du service pénitentiaire et des soutiens externes» pour cette évasion qui a eu lieu dans un établissement à la sécurité maximale, a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de l'administration pénitentiaire Victor Hortel.

«J'assume la responsabilité politique qui me revient. Pour cette raison, je présente ma démission irrévocable», a conclu le haut responsable, membre d'un parti politique lié à celui de la présidente Cristina Kirchner. Dix-huit gardiens de la prison et le chef de l'établissement ont été suspendus de leurs fonctions.

L'évasion qui avait «des caractéristiques cinématographiques» a été découverte pendant l'inspection de minuit de lundi.

Une opération qui nécessite deux jours de travail

Une cavité de 40 cm sur 22 cm percée dans le sol a permis aux 13 hommes de s'échapper. Ils ont même fait céder 30 cm de béton armé pour atteindre la cour de la prison, puis franchir successivement deux grilles. Une fois sortis du tunnel, les détenus ont dû «courir 30 mètres jusqu'à un premier grillage, puis encore 40 mètres pour passer trois autres grillages et à chaque fois ils devaient s'arrêter pour couper les grillages», a raconté Victor Hortel. Une opération comme celle-ci «nécessite au moins deux jours de travail et des outils qui ne sont pas à la disposition normalement des prisonniers», a-t-il ajouté.

Deux Brésiliens et un Paraguayen figurent parmi les fugitifs, qui purgeaient des peines d'au moins 16 ans de prison. Les outils utilisés pour creuser le tunnel n'ont pas été retrouvés dans la prison.

Une récompense de 90.000 euros

Mardi soir, le ministre argentin de la Justice, Julio Alak, annoncé qu'une récompense de 500 000 pesos (environ 90.000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant