Argentine-Perquisition dans des propriétés de Cristina Fernandez

le
0
 (Actualisé avec réaction de l'ex-présidente, 5e paragraphe) 
    BUENOS AIRES, 30 juin (Reuters) - La police argentine a 
perquisitionné jeudi dans des propriétés appartenant à 
l'ex-présidente Cristina Fernandez, dans le cadre d'une enquête 
pour corruption durant les deux mandats de sa présidence, qui a 
pris fin en décembre dernier avec l'investiture de son 
successeur, Mauricio Macri. 
    Les autorités recherchent des documents concernant une 
affaire dans laquelle Cristina Fernandez est accusée 
d'enrichissement illégal au moyen d'une entreprise immobilière 
familiale appelée Los Sauces, rapporte l'agence de presse 
argentine Telam. 
    La télévision argentine a montré des images des 
perquisitions en cours. Le magistrat et les enquêteurs chargés 
du dossier n'ont fait aucune déclaration. 
    Les propriétés en question sont situées en trois points de 
Patagonie: à Rio Gallegos, El Calafate et El Chalten, précise 
Telam. La télévision a également retransmis des images d'une 
perquisition effectuée dans les bureaux de la municipalité d'El 
Calafate, où la société Los Sauces a son siège. 
    "Cela fait un moment, je dirais plusieurs décennies, que 
nous n'avons pas connu de tels abus de pouvoir, une telle 
persécution politique", a réagi Cristina Fernandez sur Twitter. 
    Dans une autre affaire, Cristina Fernandez a été inculpée en 
mai pour avoir avalisé des irrégularités dans la vente de 
dollars par la Banque centrale sur les marchés à terme. Après 
avoir témoigné dans le cadre de cette affaire, l'ancienne 
présidente avait déjà accusé le pouvoir en place de persécutions 
politiques. 
    Le gouvernement de Macri a ouvert plusieurs enquêtes sur des 
affaires de corruption remontant à la période (2007-2015) où 
Cristina Fernandez était à la tête du pays. 
 
 (Walter Bianchi; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant