Argentine : "Le risque de faillite est réel"

le
15
Cristina Kirchner a été ferme vis-à-vis des fonds qu'elle accuse de rançonner son pays.
Cristina Kirchner a été ferme vis-à-vis des fonds qu'elle accuse de rançonner son pays.

La justice américaine a tranché : l'Argentine devra payer 1,33 milliard de dollars (980 millions d'euros) à deux fonds d'investissement américains. En 2005 et 2010, l'Argentine avait scellé un accord avec la quasi-totalité (93 %) de ses créanciers privés, qui avaient accepté une décote de près de 70 % de leurs titres, mais les fonds d'investissement NML Capital et Aurelius Management n'ont jamais consenti à ce rabais et ont réclamé l'intégralité de leur mise. La Cour suprême américaine leur a donné gain de cause lundi. La présidente argentine Cristina Kirchner ne désarme pas pour autant face à des fonds qu'elle qualifie de "vautours". Avant même l'annonce de la justice américaine, Cristina Kirchner avait averti : "Cette condamnation fait courir au pays un risque sérieux et imminent de défaut de paiement". Quant au ministre argentin de l'Économie, Axel Kicillof, il se dit prêt à se battre : "Nous allons envoyer nos avocats pour parler avec le juge", a-t-il déclaré. Menace de banqueroute "Le risque de faillite est réel, confirme Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Cette décision remet en cause l'accord avec les autres créanciers qui avaient accepté la restructuration de la dette argentine." Le ministère de l'Économie argentin a ainsi estimé que, si ces autres créanciers se manifestaient, ils pourraient exiger entre 15 et 20 milliards de dollars, alors que les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le vendredi 20 juin 2014 à 09:48

    toujours pareil avec les politiciens de métier qui ne gérent pas leur pays ,mais leur carriere et les affaires politico financieres.Il faut des CDD et pas des CDI. La France connait bien ça , aussi ,avec un gros déficit et une affaire révélée tous les mois. Les USA n'en sont pas responsables !! meme si les memes ressortent le couplet habituel.PS: JP Morgan banque a payé 12milliards et une autres va le faire pour fraude.

  • mfouche2 le jeudi 19 juin 2014 à 16:24

    l histoire ne se répète pas, elle bégaie

  • MIKE3000 le jeudi 19 juin 2014 à 16:05

    il faudrait lui présenter notre François national, ça lui dériderait les fesses, et ça nous libèrerait d'un socialop!

  • mucius le jeudi 19 juin 2014 à 15:50

    Les Argentins ont besoin de leurs créanciers pour limiter la baisse de leur niveau de vie. Pas de remboursement de la dette ==> on coupe les vivres et basta!

  • mucius le jeudi 19 juin 2014 à 15:47

    Il y a cent ans, l'Argentine était le plus riche d'Amérique du Sud et très proche des pays occidentaux. Aujourd'hui, après des dizaines d'années de démagogie socialiste et plusieurs ruines elle fait partie des pays pauvres. Il faut surtout ne plus rien lui prêter : ça servira de leçon au peuple argentin. Quand on choisit des menteurs et qu'on se laisse bercer par leur démagogie, il faut en subir les conséquences. C'est tout à fait moral, tout ça.

  • M4358281 le jeudi 19 juin 2014 à 15:19

    Super Liftée dépose le bilan ..?

  • zzxcvb41 le jeudi 19 juin 2014 à 15:15

    Qu'ils se mettent en faillite et qu'ils envoient bouler les creanciers.

  • pier1309 le jeudi 19 juin 2014 à 12:59

    BRAVO K.LYS ACTION ... quand ?

  • pier1309 le jeudi 19 juin 2014 à 12:58

    LOL à en croire certains dont lilian92 ... des partis corrompus jusqu'à la moelle et à l'insu de leurs militants sont la vraie solution ... la vraie vérité pour une vraie efficacité et une vraie croissance ... oui mais voilà pas certain que ça marchera avec des politiques qui dépensent sans vergogne au mépris d'une transparence de mise quand on veut prétendre conduire les affaires d'un pays ... comme l'on dit souvent il faut bien balayer devant sa porte avant de donner des leçons aux autres

  • lilian92 le jeudi 19 juin 2014 à 12:46

    Avec un socialisme à tout va, voila ce qui arrive à l'Argentine et qui nous arrivera à nous aussi en France si nous ne mettons pas les socialistes dehors !