Argentine : le pays ne pourra pas payer sa dette

le
7
Argentine : le pays ne pourra pas payer sa dette
Argentine : le pays ne pourra pas payer sa dette

L'Argentine s'approche dangereusement du défaut de paiement. Ce jeudi, le pays sud-américain a annoncé être dans l'impossibilité de payer la prochaine échéance de sa dette, suite à une décision de la justice américaine.

Mercredi, la justice américaine a en effet tranché. L'Argentine doit rembourser au minimum 1,3 milliard de dollars à deux fonds spéculatifs, dans un litige lié à la faillite partielle du pays en 2001. Cette décision rend impossible le paiement à New York avant le 30 juin des créanciers de l'Argentine ayant accepté la renégociation de la dette du pays, déplore le ministère argentin de l'Economie. Ces fonds spéculatifs, contrairement aux autres créanciers, ont refusé de renégocier la dette argentine.

Sous pression des «fonds vautours»

Depuis sa violente faillite de 2001, Buenos Aires rembourse progressivement sa dette envers 93% des créanciers privés qui ont consenti en 2005 et 2010 une remise de dette d'environ 70%. Toutefois, les 7% restants, des fonds spéculatifs, ont refusé un tel accord. Ces fonds ont activé l'option judiciaire pour réclamer 100% de la valeur nominale de bons qu'ils avaient achetés à bas prix. 

Mardi le ministre argentin de l'Economie Axel Kicillof avait alerté : «Si le jugement s'applique, l'Argentine se verrait obligée de payer aux fonds vautours (spéculatifs) non pas 1 milliard de dollars mais 15 milliards, et cela conduirait l'Argentine au défaut de paiement». Si le pays procède à ce paiement, les autres fonds spéculatifs ayant refusé les restructurations de la dette argentine en 2005 et 2010 pourraient exiger le même traitement.

Ce serait alors une facture colossale de 15 milliards de dollars supplémentaires que pourrait avoir à régler l'Argentine. Impossible, alors que la banque centrale d'Argentine ne dispose que de 28,5 milliards de réserves en dollars. Buenos Aires a d'ores-et-déjà annoncé son intention de négocier avec la justice américaine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 19 juin 2014 à 09:51

    b.renie, si vous parvenez à détruire les paradis fiscaux, vous pouvez faire une croix sur ce qui vous reste comme industrie exportatrice. Et puis je ne vois pas le rapport avec cet article, l'Argentine n'a pas payé, d'autres ont été plus malin voilà tout. Si vous, vous ne payez pas vos dettes on vous pique tout.

  • M4889263 le jeudi 19 juin 2014 à 09:43

    Le dollar ne vaut même pas le papier sur lequel il est imprimé, disons que la dette argentine vaut 0 :)

  • b.renie le jeudi 19 juin 2014 à 09:28

    La décision de la Cour suprême USA est juridiquement valable. Mais elle est politiquement inacceptable. Elle est une raison de plus pour engager l'opération de destruction des paradis fiscaux. ce n'est pas très compliqué si cela sera douloureux pour certains. Cela est du ressort du G7. Il faut que cette organisation prenne conscience que ces paradis fiscaux constituent une menace mortelle pour le monde. Il faut faire vite et complètement

  • pierry5 le jeudi 19 juin 2014 à 08:52

    La vie est un long fleuve tranquille parsemé d'embûches, l'Argentine est la première, d'autres vont suivre, Portugal, Italie, Grèce, Chypre...... et peut-être encore d'autres s'ils continuent à s'endetter outre mesure. Combien de milliards certains pays émettent-ils par semaine. L'Argentine est un excellent avertissement.

  • M4889263 le jeudi 19 juin 2014 à 08:33

    Qu'ils envoient les créanciers se faire voir chez les Grecs, ils seront bien reçus !

  • frk987 le jeudi 19 juin 2014 à 08:32

    Tout emprunt doit être remboursé dit un slogan de je ne sais quelle banque.

  • callamos le jeudi 19 juin 2014 à 08:22

    Les Américains plus forts que tout. Les vautours des îles caïman également