Argentine : l'ex-président Menem condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes

le
0
Argentine : l'ex-président Menem condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes
Argentine : l'ex-président Menem condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes

L'ancien président argentin, Carlos Menem (1989-1999), s'est vu infliger ce jeudi une peine de sept ans de prison pour trafic d'armes à destination de la Croatie et de l'Equateur, devenant le premier ex-président argentin élu démocratiquement à être condamné par la justice. Actuellement sénateur, Carlos Menem, 82 ans, est protégé par son immunité parlementaire qui le met à l'abri d'une peine de prison mais dans son jugement, le tribunal a ordonné que cette immunité soit levée afin que la peine soit «effectivement purgée».

Le parquet avait requis huit ans de détention contre Carlos Menem, sa destitution de son poste de sénateur et une interdiction d'exercer une fonction publique pendant 16 ans.

Le coaccusé de l'ancien président, son ex-ministre de la Défense Oscar Camilion (1993-1996), âgé de 83 ans, a, quant à lui, été condamné à cinq ans de prison, alors que sept avaient été requis. Enfin, l'ex-militaire et trafiquant d'armes Diego Palleros a lui aussi été condamné à cinq ans, contre huit demandés par l'accusation.

6500 tonnes d'armes et de munitions

L'ancien chef d'Etat controversé a ordonné l'envoi clandestin d'armes pour une valeur d'au moins 400 millions de pesos (76 M? actuels) entre 1991 et 1995 à destination de la Croatie et de l'Equateur, deux pays en guerre. Buenos Aires a ainsi violé l'embargo des Nations unies sur les ventes d'armes, imposé pendant le conflit qui a ravagé l'ex-Yougoslavie dans les années 1990.

Au total, 6500 tonnes d'équipements ? armes, fusils, canons, roquettes antichar et munitions ? officiellement destinées au Panama et au Venezuela avaient été détournées de leur destination.

Elu deux fois à la présidence, Carlos Menem a marqué la décennie 90 en Argentine par une politique de privatisations à outrance que ses détracteurs jugent aujourd'hui en grande partie responsable de la grave crise économique qui a secoué le pays en 2002.

L'épilogue d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant